10740251824_34925fdd0f_z

Dans la longue liste des choses que je m’explique mal, il y a, dans le top 10, ta haine envers les gens qui décident de se déplacer à vélo.

Pas ta petite intolérance là, ni le fait que des fois, ça t’énerve d’être ralenti parce qu’un vélo ne se colle pas suffisamment à droite pour rouler.

Non.

C’est ta haine envers toutes les personnes qui s’autopropulsent sur deux roues qui ne me rentre pas dans la tête… Cette haine si forte que tu énonces publiquement que ces gens méritent de se faire frapper. Et éventuellement de mourir.

 

Ma théorie est simple (et je pense qu’elle se vérifie): il y a autant de mauvais conducteurs de voiture que de mauvais conducteurs de vélo.

Les épais sont tous équitablement représentés dans chacune des sphères de la société.

 

C’est vraiment une théorie qui se défend, j’te jure. (J’t’en reparlerai un autre tantôt, si tu veux.)

 

Pourtant, je ne t’ai jamais entendu souhaiter la mort de tous les automobilistes parce qu’il existe quelques chauffards sur la planète.

Alors, pourquoi autant de haine envers les vélos ?

 

Je ne prendrai pas de ton temps ici pour t’expliquer les vertus écologiques et physiologiques de l’utilisation du vélo comme mode de déplacement.

Parce que je pense sincèrement que ça ne t’intéresse pas du tout de savoir que la planète se porte mieux quand il y a moins de voitures sur ses routes ou que mon coeur se porte mieux quand il force un peu.

Je pense avoir raison en affirmant que la santé cardiovasculaire de tes concitoyens ne figure pas sur ta liste de priorités.

Et pourtant, en tant que financeur du système de santé, elle devrait.

 

Mais bon. J’ai dit que je ne t’en parlerais pas.

Je vais plutôt utiliser les deux arguments de poids que tu me répètes en boucle comme si j’avais des problèmes d’audition.

 

1- Les cyclistes circulent à vélo parce qu’ils ne veulent pas payer de plaques d’immatriculation

Selon toi, les cyclistes refusent de contribuer à l’amélioration du réseau routier et ne sont motivés par l’utilisation de leur vélo que parce qu’ils ne veulent pas payer leurs immatriculations.

Bon.

Et les gens qui marchent, eux. Qu’est-ce que tu leur dis ? Et les gens en patins à roulettes ? Les trottinettes ?

Je n’ai pas super envie de t’expliquer que la majorité des cyclistes possèdent aussi une voiture ou, du moins, en utilise une de temps à autre via un réseau de partage-automobile ou de location et que donc, ils finissent par y contribuer, au réseau routier.

Qu’un cycliste qui roule dans un nid de poule sur sa monture risque pas mal plus de se blesser qu’un automobiliste et que des routes qui ne ressemblent pas à un champ de mines font partie de leurs plus grands rêves.

Je vais plutôt te dire que si les cyclistes ne l’étaient que pour économiser des frais d’immatriculation, on verrait beaucoup plus de petites familles partir en vélo. Visiter leur famille. En Beauce. En février.

 

Et, au GROS pire, admettons que tu as raison. Admettons que tous les cyclistes ne le sont que pour s’éviter des frais de plaques. Ça mérite vraiment la mort ?

 

2- Tous les cyclistes sont des cowboys au volant qui ne respectent pas le code de la sécurité routière

J’vais te donner un peu raison ici: c’est vrai que certains cyclistes adoptent des comportements discutables, voire dangereux.

Comme celui qui pédale en sens inverse sur une grande artère en textant, par exemple. Ou celui qui zigzague entre les voitures. Ou celui qui ne fait pas son stop.

C’est vrai que c’est pas super brillant. Même moi, la cycliste, je les trouve piments.

Mais toi, dis-moi, à quelle vitesse roules-tu sur l’autoroute ?

Et à quelle vitesse roules-tu sur l’autoroute le soir quand il n’y a personne ?

As-tu déjà fait ça, toi, un virage en U devant une grosse pancarte qui te l’interdisait ?

Es-tu déjà passé sur une rouge ?

As-tu déjà reculé dans un sens unique parce qu’il y avait une meilleure place de stationnement un peu plus
loin ?

J’imagine que tu ne t’es jamais laissé tenté par un p’tit texto de 2 syllabes pendant que tu étais au volant non plus ?

 

J’ai envie de me prendre pour Jésus et de te demander de pitcher des roches aux cyclistes seulement si t’es un automobiliste modèle. On peut s’entendre là-dessus ?

 

Mais admettons que tu aies raison et qu’en plus, tu sois un conducteur exemplaire. Les cyclistes méritent quand même tout ce fiel ?

 

Parce que si c’est toi qui as raison, et que tous les cyclistes méritent la mort, il faudrait aussi envisager réserver le même sort aux utilisateurs de paradis fiscaux, aux automobilistes qui font des courses sur l’autoroute, aux motocyclistes qui sillonnent entre les voitures, aux travailleurs au noir, aux autres escrocs en cravates et aux utilisateurs de triporteurs dans les pistes cyclables.

 

Si tu penses que tous ces gens méritent ton déversement de haine et éventuellement la mort, j’aurais tendance à vouloir te serrer dans mes bras et à t’offrir quelques séances de gestion de la colère.

 

Ou un vélo.

 


nancy01À propos de l’auteure :
Nancy B.-Pilon enseigne, écrit, et passe le reste de son temps de gérer cette double-vie. Porteuse de robes convaincue, elle se déplace à vélo, toutes températures confondues (oui, c’est CE genre de fille). En 2014, sa nouvelle “C’était au printemps, t’en souviens-tu”, s’est retrouvée à la page 107 du recueil de nouvelles NU, paru aux Éditions Québec-Amérique. Elle travaille à l’écriture d’un roman jeunesse et sur d’autres projets top-secrets, entre deux activités pédagogiques et une escapade en avion.

Crédits photo: Theen Moy (CC-BY-NC-ND-2.0)

D'autres beaux textes à lire aussi...