Bientôt se termine ma dernière session d’école à vie. Quand j’y pense trop longtemps, mon œil droit se met à loucher pis je saigne des oreilles.

J’ai toujours adoré l’école, la scolarité, l’académique. Même si j’ai raté ma graduation de fin de bacc pour aller voir un show de Galaxie.

J’aime les feuilles lignées, les pousses-mines, les cloches, les travaux, les récréations, l’assiduité. J’AIME L’ASSIDUITÉ. Pas besoin de vous dire que mes parents me soutenaient, que j’ai jamais pris de drogue, pis que ma virginité, je l’ai pas perdue dans une Tercel bourgogne.

Cela dit, hier soir, j’ai revu une fille avec qui j’étais dans un cours de littérature genre, en 2009. Y’a deux sortes de personnes en lettres : ceux qui veulent enseigner (ceux qui vont avoir une job) pis ceux qui veulent écrire (ceux qui vont finir par enseigner). Elle, elle voulait être prof :

« Moi je veux être prof au primaire, c’est nice parce que t’as l’été off. Sérieux, ça va être easy shit comme job, j’ai hâte de faire du bricolage en textant, OMG JE VIENS DE ME DÉBLOQUER L’OREILLE GAUCHE LOLLL ».

En ce moment, elle est responsable d’une classe de première année du primaire. Le problème, c’est que cette poire de fille-là, est plus investie dans l’achat de son prochain lypsyl que dans l’apprentissage d’un kid. Qu’est-ce qu’on fait dans ce temps-là? Rien. On peut rien faire. Des mauvais profs, y’en a toujours eu, pis y’en aura toujours.

Le genre de prof :

  • qui est mal à l’aise quand un enfant vomit;
  • qui se dit : « Bof, si y’apprennent pas à lire avec moi, ça va être l’année prochaine au pire »;
  • qui veut jamais faire de peinture parce que c’est salissant;
  • qui, en lisant un texte, remarque les participes passés mal accordés, mais ignore l’originalité des idées;
  • qui ne décore pas sa classe à l’Halloween;
  • qui fait durer la sieste plus longtemps que prévu parce qu’il a mal à’ tête;
  • qui ne rassure pas ses élèves quand y’a une guêpe qui est entrée dans’ classe;
  • qui ne met pas d’autocollant à ceux qui ont plus que trois fautes dans la dictée. C’est juste des collants; arrête de ruiner des vies, pis mets-en à tout le monde!;
  • qui voulait devenir avocat mais c’était « bin trop de trouble! »;
  • qui veut pas de costume dans le numéro de fin d’année parce que c’est «bin trop de trouble! »;
  • qui se donne pas de trouble en général.

J’espère que cette fille, et les autres comme elle, n’enseigneront jamais à mes enfants. Si j’ai tellement aimé l’école, c’est surtout grâce aux bons profs que j’ai eu la chance d’avoir au primaire. Les Madame Rita, Madeleine, Natalie, les Monsieur Mathieu, Dominic, Marc.

Ceux qui te font oublier que tu viens de pisser sur ta chaise pis que tu lis comme une chèvre.

Ouin, je m’ennuie de l’école.

La photo est tirée de la dernière journée d’école de ma première année du primaire. On avait eu des Mr.Freeze.

D'autres beaux textes à lire aussi...