Les_Populaires_testent_microondes_article

Sans me faire commanditer par Michelina’s ou aller jusqu’à mettre ma tête dedans, j’ai toujours eu une certaine fascination pour les micro-ondes.

Quand on y pense, c’est le genre d’invention qui était supposé révolutionner le monde de la cuisine dans les années 60. On le vendait comme une machine à cuire n’importe quoi en un temps record.

Une R-É-V-O-L-U-T-I-O-N, avec des lettres majuscules pis des tirets.

On faisait miroiter une vie meilleure à toutes les ménagères des sixties, comme quoi elles pourraient fumer encore plus de tops en regardant les reprises de Jeunesse d’aujourd’hui en fin d’après-midi. La belle vie, tsé.

Mais non. L’histoire ne s’est pas terminée comme ça.

Malgré les livres de recettes funky pis les boutons meat, le micro-ondes n’a jamais réussi à soulever les passions.

En fait, c’est devenu un peu le Wal-Mart des électroménagers. Tu l’utilises parce que t’es pressé pis que t’as pas le choix, mais tu t’en vantes pas. Quand tu jases dans les partys mondains, ton micro-ondes « amasse la poussière » pis tu t’en sers jamais.

Là, à défaut d’être dans un party mondain, si je jase micro-ondes, c’est parce qu’on a eu la succulente suggestion de test suivante :Capture d’écran 2014-08-01 à 10.21.51

Ça n’en prenait pas plus pour réveiller ma fibre nostalgique de l’époque noble du micro-ondes. Tsé, le moment où tout était permis. Le moment où recevoir de la visite avec ton appareil de cuisson rapide, c’était stylish, fancy pis d’autres adjectifs en anglais qui sonnent de même.

Tel un Paul Houde du micro-ondes, je voulais donc revivre, minute par minute, ce que nos grand-mères avaient vécu lors de l’avènement du petit électroménager. Je voulais avoir le feeling de la cuisine au micro-ondes.

Ça fait que la fin de semaine dernière, j’ai invité trois amis à un festin commandité par mon sublime Panasonic 1100 watts noir. Pas juste des gâteaux dans des tasses, mais un repas complet avec quatre services pis pas mal d’audace.

Comme fallait commencer quelque part, je me suis d’abord mis à la recherche d’une recette pour le plat principal. Je cherchais quelque chose de bold, du matériel pour impressionner la galerie.

Après 18 recettes de pudding chômeur et de sucre à la crème (les desserts micro-ondés sont définitivement populaires), j’ai fini par tomber sur la pièce de résistance tant voulue.

Un rosbif au micro-ondes.

Oui, un fuckin’ rosbif. J’avais des chaleurs juste à lire la recette.

Avec notre destin en poche, je suis passé à l’épicerie faire des courses et je me suis vite rendu compte que des amuse-gueules qui vont au micro-ondes, ça court pas les congélateurs du Métro.

Le mieux que j’ai pu trouver, ce sont de petites saucisses dans la pâte et des mini-pâtés à la viande qui sont seulement « déconseillés » au micro-ondes. All right. Rien pour me réincarner en Jamie Oliver, mais bon, je me suis dit que ça allait faire le travail. (Finalement non, mais un peu plus là-dessus plus loin.)

Vers 18h, les amis arrivent, on se sert une bière et on commence la préparation du rosbif, l’espèce de rub plus particulièrement.

DSCF1774

À la base un peu plate, on lui rajoute de la moutarde, trop d’épices et on double la ration de beurre (des artères, c’est tellement pas si important que ça). On étend ça sur le morceau de vache, on rajoute une chiée d’oignons et on met ça de côté. C’est le temps de faire cuire les entrées.

Première chose en bouche, les petites saucisses dans la pâte.

DSCF1770

Trop chaud, trop mou, ça goûte la tristesse et le cheap. Un échec.

Next. Les pâtés à la viande miniatures.

DSCF1777

Bon, si les saucisses étaient molles, les pâtés sont probablement liquides. Au moins, le goût est déjà moins pire. C’est un peu comme une bonne purée de pseudo viande. Un semi-échec donc.

De retour au rosbif. Selon la charte de cuisson (OUI !) et le poids de la pièce, on nous recommande un peu plus de 17 minutes à 70 % de puissance pour une viande saignante, mais pas trop.

C’est important la précision quand on cuisine au micro-ondes.

DSCF1783

Donc, pendant 17 minutes 33, on s’est collé la face dans la vitre du petit four et on a regardé le rôti tourner sur lui-même et, attention, cuire.

Parce que oui, je peux maintenant confirmer qu’il est possible de faire cuire de la viande là-dedans. De la folie, toi chose.

Reste qu’après le temps de cuisson prescrit, c’était pas assez cuit. On le retourne faire un tour de machine trois ou quatre minutes. Ça fonctionne. Juste assez rosé.

DSCF1791

Là, pendant qu’une personne rajoute de la crème dans le jus de cuisson, qu’une autre tranche le rosbif et qu’une troisième fait cuire les patates grelots dans le monstre à ondes, mine de rien, le repas est servi.

DSCF1813

Première bouchée… holy fuck, c’est loin d’être mauvais.

La viande présente un niveau de tendresse inférieur à ce que demanderait Ginette Reno, mais l’ensemble est tout de même bien goûteux. C’est gras, c’est chaud et la cuisson est plutôt uniforme. Contre toutes attentes, le rosbif est un succès.

Finalement, il ne reste que les mug cakes, supposément si faciles à faire.

DSCF1819

On ramasse les ingrédients, on mélange le tout dans une tasse et on part le micro-ondes pour une minute et demie de spin.

DSCF1828

Résultat : le mix a brûlé dans le fond de la tasse, c’est sec, ça goûte le sable.

Facile ?

Non. Bullshit.

Mais bon, ne reculant devant rien, on ajoute au mélange de la prochaine tasse de l’huile, du lait, de la poudre à pâte et une pincée de Manuel Hurtubise.

Résultat : le mix a explosé, mais le goût y est. Demi-joie.

DSCF1842

Par contre, pour le lolfest global, le souper dans son ensemble est un gros succès.

Cherchez-moi pas, je pleure quelque part la non-reconnaissance dans le monde culinaire de cette merveille à ondes.

……….

VERDICT FINAL DES POPULAIRES : Malgré quelques inégalités, la cuisine au micro-ondes est une avenue valable pour inviter vos beaux-parents à souper pour la première fois. Oubliez les fours à deux tiroirs et les plaques de cuisson au gaz, c’est le micro-ondes qui est tendance en 2014.


Si tu veux nous suggérer un défi pour la semaine prochaine, écris-nous sur Facebook!

Crédit photo de l’en-tête : Ethan

D'autres beaux textes à lire aussi...