pnoel08

On a tous fait face à des situations où on avait le choix entre faire le bien ou le mal. Soit on met nos culottes, soit on se cache les yeux avec notre tuque.

 

Je me dis qu’à chaque fois qu’un méchant gagne, c’est qu’il y a un bon qui ne fait pas sa job… Qui chie dans ses pants

Combien de jeunes thugs, nous les bons, avons-nous laissés prendre la place d’une vieille dame dans le métro sans rien dire ?

Combien d’hommes agressifs avons-nous laissés engueuler sa femme au coin d’une rue sans lever le p’tit doigt ?

Combien de fois on a ri quand quelqu’un glisse sur une plaque de glace plutôt que de l’aider ? Ouain… Ça, c’est quand même drôle.

 

On a tous dans notre famille un trou d’cul qui est soit impoli, pas d’classe, alcoolo, désagréable ou l’ensemble de ces réponses et qui jouit de ce qu’on peut appeler « l’aura du méchant ».

Grosso modo, ces personnes ont compris que si t’agis toujours-tout-le-temps-sans-arrêt comme un estie, les gens vont finir par dire « y’est d’même » et tu vas pouvoir te permettre d’être une marde aussi souvent que tu veux.

 

Par exemple, si t’es un méchant constant, pendant le souper du Réveillon, tu peux te faire livrer du St-Hubert même si ton hôte a travaillé comme un malade à te préparer une dinde avec 400$ d’accompagnements.

Tu vas aussi pouvoir lui dire que t’aimes vraiment pas la dinde en lui mangeant du poulet dans’ face.

Personne ne va te remettre à ta place parce que tu bénéficies de « l’immunité du méchant ».

Si t’es une bonne personne, mais que tu fais ça une fois, le monde va te remettre à ta place en te disant que ça ne se fait pas parce que ce n’est pas dans tes habitudes d’agir comme ça.

 

On n’est pas fait pour confronter constamment les méchants… Ça demande trop d’effort, d’énergie. À un moment donné, faut leur donner du loose.

 

Sure… Le monde va dire du méchant que c’est un trou d’cul dans son dos, mais personne ne va le confronter.

 

Y’a juste deux façons d’être heureux et de s’en sortir… Sois d’être toujours bon, sois d’être toujours méchant. Entre les deux, c’est la mort !

 

Je dis ça, mais en même temps, la vie de ceux qui sont bons a tellement l’air plus plate que la vie des gens bad.

 

Prenez Jésus… Considéré par les analystes de LCN comme « le plus bon de tous les temps », il a quand même fini crucifié malgré le fait que le bonhomme a jamais pris une bière de sa vie et qu’il a jamais crié un « tabarnac » bien senti en jouant à Flappy Bird.

 

La seule récompense qu’il a eue pour tout ça, c’est de ressusciter. Mais y’a rien fait de cool pendant son retour. C’était un homme brisé.

 

Pendant qu’on est dans la fièvre des Fêtes, un autre bon yab’ qui ne gagne jamais, c’est le Père Noël.

Tout le monde l’aime !

On l’aime tellement qu’il pourrait être élu dans Lévis même s’il se présentait pour Québec Solidaire.

 

Qu’est-ce le Père Noël a en échange de sa bonté ? Rien !

Il travaille comme un estie d’fou le 24 décembre au soir [marde], il habite avec plein de lutins mâles [marde], il vit au Pôle Nord [marde] pis il couche avec la Mère Noël [marde-marde-marde]. Ben « couche »… On s’entend que ça doit pas baiser fort-fort au Pôle Nord !

J’ai une théorie selon laquelle le Père Noël et la Mère Noël seraient cousins et que les lutins seraient en fait leurs enfants.

C’est LA raison pour laquelle les lutins seraient tous petits.

 

J’ai une autre théorie selon laquelle ni le Père Noël, ni Jésus existent, mais on ne rentrera pas là-dedans…

 

Prenez maintenant la vie des gens mauvais…

Al Capone par exemple ! Homme riche, plein de femmes, de l’alcool tant qu’il en veut et on va se souvenir de lui bien encore longtemps.

 

Autre personne mauvaise, Sylvain Cossette !

Encore plein de cheveux malgré ses 70 ans, vend full d’albums, a une blonde qui a le quart de son âge et est un chanteur absolument HAL-LU-CI-NANT !

 

Comme dans un Harry Potter où Voldemort se battrait avec un gun plutôt qu’avec une baguette délicate, les méchants gagnent toujours.

 

La bonté est une denrée sous-estimée de nos jours… Les hipsters la redoutent, les politiciens la méprisent, les intellectuels la déconstruisent, les imbéciles ne la voient pas et les peureux font semblant de ne pas la voir…

 

Pis au travers de tout ça, y’a les enfants qui l’espèrent. Pis ils grandissent… Et tout est à refaire.

 

Merry Christmas !

 


mo01À propos de l’auteur :
Marc-Olivier aime la musique… Ben t’sais… « Aime la musique! » As-tu déjà entendu quelqu’un dire « D’la musique?!? Ark. » Marc-Olivier haït les blogues, trouve que c’est plein de gens égocentriques et il écrit seulement dans Les Populaires pour faire mousser sa carrière d’animateur… Un vibrant échec. Il ne se souvient pas ça fait combien de temps qu’il écrit pour Les Populaires, mais il dirait 2 ans et demi. Il sacre trop dans ses textes.

Photo : Flickr Commons

D'autres beaux textes à lire aussi...