Aujourd’hui j’suis fâché contre les gens trop hardcore en bicik à Montréal. Mais peut-être que c’est moi qui mérite une retenue aussi…

C’parce que là j’ai finalement surmonté ma peur du Bixi, pis j’me suis acheté la passe annuelle. Donc maintenant j’vais travailler en Bixi. Ça me fait faire de l’exercice. J’me félicite.

Mais là, en tant que nouvel utilisateur, j’ai été introduit aux personnes qui sont vraiment trop fucking intenses sur leurs biciks.

(Oui, j’vais utiliser le diminutif «bicik» tout le long d’mon chiâlage pour réduire le terme à sa plus ridicule expression pour que ça vous insulte, vous qui prenez ça donc ben au sérieux. J’vous vois aller, vous devez genre appeler ça un «vélo»… Pff.)

Tsé l’autre jour, ça devait être la première fois que j’prenais un Bixi pour revenir du travail. Je montais la grosse côte sur la piste cyclable de la rue Parc. Arrivé presqu’en haut y’a une p’tite rue de rien du tout qu’y faut traverser. Y’a genre jamais personne qui tourne là. Moi je continuais sur mon élan, j’étais pas mal fier d’avoir réussi à monter la côte. Ça fait que j’m’engage sur ladite rue pour traverser, mais là y’a un gars sur son «vélo» qui passe devant moi à vive allure en criant:

«Jesus Christ! Look at the signs, man!»

Ben oui, «Jesus Christ» osti, j’viens de tuer une brebis. Calme-toi tabarnak.

Bon… Oui, y’avait un «stop» sur la piste cyclable… Mais tsé, j’viens d’la Gaspésie moi, on fait pas ça des «stop» en bicik. On s’arrange pour pas se foncer d’dans pis c’est ben correct de même. Pis tsé au pire s’pas grave là, t’avais en masse de place pour me contourner. Ou au pire du pire tu me laisses passer pis tu farmes ta yeule.

Y m’est arrivé encore à peu près la même affaire tantôt. J’étais à une lumière rouge au coin Mont-Royal pis Jeanne-Mance. Tsé c’est pas une ben ben grosse intersection. Les autres biciks en avant d’moi commençaient à traverser sur la rouge. Y’avait pas de char. J’ai checké des deux bords pis j’ai fait pareil. Eille. V’là t’y pas une maudite énarvée qui arrive sur son «vélo» en hurlant:

«ATTENTIOONN!! ARRGHHHFF….»

Sacrament d’folle, esti. J’t’avais vu là, les nerfs. On fait du bicik là, c’est les gens dans les chars qui sont supposés être stressés, pas nous.

En tout cas. J’sais pas vous autres, mais moi, le jour est pas venu où je vais me permettre de crier après un cycliste qui fait pas son «stop» ou une autre niaiserie d’même que tout l’monde s’en sacre. Criss de marde.

Je sais que j’ai sûrement pas raison dans toute cette histoire là. Que j’devrais respecter le Code de la route du bicik pis ça. Mais chu fru. J’aime pas ça me faire dire que j’suis dans le tort, ok?

Ahh pis fuck off.

D'autres beaux textes à lire aussi...