Toi pis moi on se connaît pas. En tout cas pas encore. On s’est matché, on s’est écrit, on se voit.

J’ai peinturé mon visage de couleurs vives pour avoir l’air fraîchement cueillie. Une fleur que t’aurais ramassé dans une craque d’asphalte; une affaire rare et intéressante, sur ton chemin par hasard, un peu puissante.

 

Les premières dates sont toujours nerveuses. Nos voix percent finalement le silence des messages textes, on découvre nos timbres respectifs.

Je vois des angles de ta face que j’avais pas devinés d’après les 4 photos dont je disposais pour te sizer. Je devine que tu fais la même chose pis ça me fait surveiller mon menton quand je ris.

 

Je lâche des hints de ce que je suis, ça et là, avec parcimonie, avec prudence, avec élégance (si possible).

 

Je joue une game. Je me tisse une beauté de toutes pièces pour que tu oublies que je suis humaine, pis qu’il y a tellement de choses qui sont pognées à l’intérieur.

C’est serré, en dedans.

Je repousse le moment où tu vas voir mon laid. Comme une lecture d’école. Un deadline inévitable et gênant, une responsabilité que je me refuse encore à assumer.

 

Des petites affaires.

  • Comme cacher la véritable grosseur de mes portions de spaghatt.
  • Faire attention de parler de mon chat de manière raisonnable (c’est tough).
  • Garder mes bas pendant qu’on est tous nus pour que tu sentes pas à quel point mes pieds sont secs.
  • Repousser le moment où on va dormir ensemble pour que tu découvres pas tout de suite à quel point ma face a de la misère le matin.
  • Prendre soin de faire caca avant une date pour qu’aucun pet ait la chance de fucker le mood (très important).
  • Faire attention de pas m’étouffer en buvant de quoi :
  • parce que c’est pas l’fun s’étouffer
  • parce que tu verrais ma grosse face rouge avec une veine dans le front.

 

Pis des plus grosses affaires.

  • Comme downplayer mes daddy issues pour que le sexe soit pas weird.
  • Cacher le fait que je pleure beaucoup, souvent, pour des niaiseries, pour des tounes ou pour des affaires qui me sont arrivées quand j’avais 10 ans.
  • Garder la lumière fermée anytime during sexy time, parce que mes bourrelets sont un secret dont j’essaie malheureusement encore d’épargner le visuel.
  • Faire des check-ins avec mon consentement pour pas avoir à discuter de ma peur inhumaine de me faire violer (ça c’est deep en crisse).
  • Tenir mon ex à une distance sécuritaire des discussions. Pis de tout le reste.
  • Contrôler la chute libre des discussions sur le bonheur, parce que l’atterrissage est un one-way qui remontera jamais.
  • J’ai tu dit daddy issues?

 

Parce que je m’en suis toujours voulu de déborder trop, trop vite, avec n’importe qui. De pas être cette personne douce et chill qui peinture sa marde avant une date.

J’ai longtemps été un paquet de nerfs à vif, un tas de choses roses et veineuses qui pogne des chocs électriques quand on la pointe du doigt.

Je le suis encore.

J’ai juste travaillé à m’enrouler serré-serré dans du tape électrique.

 

Alors je ris, je colle, je profite.

Une période de smooth sailing sur des eaux pétillantes, un moment de répit avant le laid.

Avant que j’enfile mes pantoufles de vérité, avant que la croûte de cute qui me recouvre ne s’effrite pis ne laisse voir le mou dont je suis faite. Le mou pesant, le mou coulant, qui veut faire craquer cette coquille fragile que je contrôle à peine pis qui veut se répandre et s’étendre, à tes pieds.

 

Très, très bas sous l’échelle du correct.

 


À propos de l’auteure:
À 23 ans, Alex a déjà réalisé son rêve de devenir réceptionniste. Cette passive-agressive au cœur tendre aime entre autres les chats persans, pleurer à chaudes larmes et le magasinage en pharmacie. Elle possède aussi sa propre chaîne YouTube, Grand-Mère Grunge, une bonne excuse pour parler de mode, de maquillage et se pogner les boules devant une caméra. En union civile avec son vibrateur, elle tarde encore à rencontrer la personne qui lui fera finalement l’amour dans une piscine de gâteaux Vachon.

Illustration: juuuuni

D'autres beaux textes à lire aussi...