Aujourd’hui, j’attendais patiemment un responsable de projet pour le travail pis je me suis fait regarder de haut, avec dédain.

Ça m’arrive souvent et j’ai appris à en rire. Cela dit, étant particulièrement aigrie ces jours-ci, ça a remplacé le sour de mon âme par du bitter pis j’endure pas la mixologie cheap faque m’a vous cracher mon fiel.

 

C’était une rencontre de quelques minutes sans rien d’officiel, donc j’avais un look casual sans plus : jeans foncé, souliers noirs, blouse noire.

J’avais une hygiène plus qu’adéquate, fraîchement douchée, sourire colgate, l’arbre est dans ses feuilles pis moi dans mes bobettes qui matchent avec ma brassière. On niaise pas avec la lingerie les jours de pluie.

 

Un monsieur en complet, mallette à la main, est entré dans la salle.

Son jonc d’ingénieur shiné pis tout l’or de son aura m’ont aveuglée.

Heureusement, j’ai pu l’entendre scander haut et fort « Je suis M. _______, ingénieur, j’ai un rendez-vous TRÈS important. »

 

Je l’ai regardé en faisant semblant de pas m’en crisser. Y m’a scannée de haut en bas.

 

« Ouache le bas de la pyramide sociale », que ses yeux disaient.

 

Un monsieur sans doute TRÈS important avec une TRÈS laide cravate est venu le chercher.

 

« Vous êtes avec lui, madame ? »

Je dis non.

Pis comme si y fallait absolument le spécifier, le dude qui se prend pas pour une Labatt 50 tablette mentionne : « Elle n’est pas avec moi du tout. Je ne la connais même pas. »

 

Hey, faudrait surtout pas qu’on me voie avec lui.

IMAGINEZ LE SCANDALE : la guédaille du village, la grand’ conne, la chienne à Jacques, la pas-de-bague-au-doigt, la fille-les-cheveux-mouillés-parce-qu’elle-protège-pas-son-brushing, le diable en personne, la trou-de-cul de la société, la Judas des apôtres, la pécheresse, la sorcière, la TRÈS chrétienne prostituée Marie-Madeleine…

 

Bref, tout ça pour introduire qu’on s’en balance de ton titre, de ta job pis de ton salaire. C’est bon pour tous les métiers. Y’a des snobs partout. Y’a des gens humbles dans toutes les strates aussi.

 

La coiffeuse qui dit « Tu dois être intelligente » parce qu’elle apprend que je suis à l’université, ça m’fait de la peine comme commentaire.

L’intelligence, c’est pas du scolaire. C’est relatif pis c’est dans plein de domaines.

Je suis incapable de couper mon toupet drette pis ça m’a pris 4 ans réussir une tresse, t’en penses quoi de mes capacités d’apprentissage astheure?

Je fais brûler mon popcorn au micro-ondes systématiquement. J’ai encore du mal à différencier les félins sauvages, genre j’appelle un tigre « lion » ou un léopard « panthère », dans ma tête c’est tous des minous avec ou sans motifs. Je me perds toujours dans le centre d’achats de Dolbeau-Mistassini pis c’est plus petit que Paul Cagelet t’sais.

 

On peut-tu parler de qui on est, pas juste de ce qu’on fait ?

 

Le docteur qui garde son stétho en dehors de l’hôpital pour flasher, c’est non. L’avocat qui se présente en tant que Maître, non plus. Le chef cuisinier qui nomme toutes les épices du plat au resto, relaxe. L’acteur qui me récite des extraits de ses pièces antérieures, prends ton pouls. Le mécanicien qui rit parce que je sais pas c’est quoi un muffler, va te coucher (ok ris c’est vrai que j’suis conne).

 

Par chance, y’a de l’espoir. J’ai vu des gars sans jonc ni arrogance ni statut ni diplôme ni sarrau ni uniforme ni pouvoir.

Ils m’ont demandé ce qui me faisait tripper dans la vie avant de me demander mon emploi.

 

J’LES AI TOUS FRENCHÉS (les pauvres loups).

 

P.S. Dude qui m’a regardé de haut, j’ai un titre cool moi aussi en avant de mon nom sur des papiers officiels. Mais comme on s’en câlisse de ce que je fais, appelle-moi Marie-Madeleine, c’est ça que je suis.

 


valerie_fortinÀ propos de l’auteure:
Valérie est une fille mi-coquette mi-grivoise qui s’assume moyen mais qui a des belles amies donc elle paraît plus cool. Elle voudrait avoir un pug pour l’appeler Miss Caprice, elle te trippe dessus quand tu la trouves drôle et elle possède un ukulele qu’elle a nommé Dany. Elle rêve de se faire offrir des bulles en lui disant « T’es une princesse vraiment unique, t’es la sirène des alcooliques ». Parce que Val, elle t’écoute, elle te juge pas.

D'autres beaux textes à lire aussi...