Marie-Mai

Ok, en tant qu’auteur humoristique, des fois je côtoie des gens du milieu artistique, et ça me donne droit à des primeurs sur nos vedettes.

Normalement, j’essaie de ne pas crier sur les toits la vie privée des artistes, mais vu que vous m’êtes fidèles, lecteurs, je vais vous dévoiler un potin sur une vedette québécoise.

*s’approche en chuchotant*

Vous êtes prêts? Ok.

Marie-Mai pis Fred St-Gelais sont séparés.

 

Yeah, right, je sais. Ça vous met sur le cul hein.

On n’en a pas beaucoup entendu parler (si on n’a pas de télévision, de radio, d’internet, et qu’on est aveugle, ce qui nous empêcherait de voir les magazines et journaux au dépanneur).

 

Parce que les médias ne nous lâchent pas avec ça.

Il fut une période où les médias d’information nous parlaient de ce genre de niaiseries-là quand y’avait pas beaucoup de nouvelles importantes. On dirait que maintenant, ils nous mettent des nouvelles importantes quand y’a pas beaucoup de potins insignifiants.

 

Mais que les médias agissent en imbéciles, c’est attendu.

Ce qui m’irrite le plus, c’est les gens qui attendent des vedettes qu’ils soient comme nous.

Tout le monde dit que Céline est comme nous, mais nous on passe nos soirées (et parfois nos journées) en bobettes à regarder Netflix, pendant qu’elle fait des shows devant des arénas qui ont payé une fortune pour la voir.

Elle est probablement pas comme nous.

 

Et on se prétend un droit à leur vie privée.

Comme Nathalie Petrowski, qui reprochait à Marie-Mai de ne pas beaucoup parler de sa rupture en public.

En quoi c’est de nos maudites affaires?

 

L’autre fois, j’étais dans le bus et une fille pleurait au téléphone parce que son chum venait de la laisser.

Mon premier réflexe n’a pas été d’aller m’asseoir à côté d’elle pour lui reprocher de ne pas m’avoir tenu au courant.

(Pour l’info, mon premier réflexe a été de mettre mes écouteurs et de regarder mon cell parce que les sentiments me mettent mal à l’aise. Dit le gars qui écrit sur Les Populaires pour parler de ses sentiments, comme si c’était son fucking journal intime.)

 

Certains me diront que c’est pas pareil, qu’elle, elle doit une certaine proximité à son public parce que c’est lui qui l’a amenée où elle est maintenant.

Ok, sa job dépend du public.

Mais celle d’un vendeur de souliers aussi.

Et la dernière fois que je suis allé au Yellow, me semble que la vendeuse ne m’a pas dit : «Salut, je m’appelle Stéphanie, pis je viens de me séparer avec mon chum parce qu’il ne réciproquait jamais le sexe oral. Cherchais-tu des souliers pour une occasion spéciale?»

 

Je m’en fous un peu de Marie-Mai.

Elle n’a pas à me dire pourquoi elle s’est séparée, ni comment elle va, si elle en veut au pauvre Fred, ou si elle s’est fait un nouveau p’tit chum.

Anyway, si vous y tenez, vous allez tout savoir ça sur le prochain album. Mais moi (-ah ha ha, ha-ha-ha) ça ne m’intéresse pas (-ah ha ha, ha-ha-ha).

 


Pier_Luc95

À propos de l’auteur :
Pier-Luc n’a pas l’air de ce qu’il est vraiment. Il donne l’impression d’un gars jovial et calme. Il est toujours en criss et crissement angoissé. Les gens pensent qu’il est un garçon poli, aussi. Dans ses temps libres, il s’intéresse à la politique, à la lutte professionnelle et à Pokémon. Faut pas chercher à comprendre.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...