misao_okawa02

L’autre jour j’ai vu passer un article au sujet de la deuxième plus vieille personne au monde : on s’en fout d’elle, parlons plutôt de la plus vieille. La numéro un.

Misao Okawa.

Sur Wikipédia, ça dit : « Misao Okawa, née le 5 mars 1898, est une supercentenaire japonaise, doyenne de l’humanité. »

Doyenne de l’humanité.

M’semble que c’est pas un titre qui peut s’écrire en Arial 12 points.

M’semble que quand t’es doyenne de l’humanité, ton nom devrait uniquement pouvoir être écrit en jadéite préhistorique avec un peu de poussière d’étoiles saupoudrée dessus. Ou au minimum, en morceaux de cristaux Swarovski.

Je sais pas comment elle s’habille Misao Okawa, mais moi on dirait que je l’imagine avec une longue toge pis un bâton de guerre vieux de 100 000 ans. Pis elle a un chapeau pointu aussi. En fait, je m’imagine un personnage de Mortal Kombat qui lance des éclairs avec ses yeux.

 

Man… Misao, elle est née en 1898. Dans c’temps-là, le mot « aventure » signifiait encore « partir dans la nature, vers l’inconnu, affronter les dangers d’une montagne farouche ». Ça voulait pas dire « une participation à une émission de télé-réalité » comme aujourd’hui.

« Je suis désolé Marie-Mélissa, tu dois maintenant quitter l’aventure. »
Eille, calmez-vous avec votre aventure qui se passe dans un tout inclus au Portugal.

Pour Misao, une aventure, c’tait genre le Titanic.

 

Ce qui me fascine le plus avec les gens de plus de 100 ans, c’est que dans leur quotidien, y croisent absolument jamais de gens de leur tranche d’âge. Comme, pas proche pantoute.

Au mieux, dans une résidence de personnes âgées, Misao va pouvoir se tenir avec des gens ayant autour de 90 ans. Des gens 25 ans plus jeunes qu’elle.

Si je devais côtoyer exclusivement des gens 25 ans plus jeunes que moi dans mon day to day… J’veux dire, ça s’rait d’la marde. Y’aurait juste des bébés.

Personne pourrait comprendre mes références. Personne pourrait discuter de Bouscotte avec moi. Personne pour m’aider à me rappeler le nom des personnages de La bande à Ovide. Personne pour me rappeler c’était quoi les channels les plus hot sur mIRC.

Misao, dans son cas, personne peut se remémorer avec elle la fois qu’ils avaient volé des pommes au marché du village en 1909. Personne peut l’aider à se rappeler c’était quoi donc, la marque de sa première toupie. Personne pour argumenter sur le fait que la Première Guerre mondiale était vraiment plus nice que la Deuxième.

 

En tout cas.

 

Tout ça pour dire que j’respecte ça moi, les supercentenaires.

Des fois j’ai malgré moi des mauvaises pensées envers les vieillards qui semblent se croire tout permis en public. Ceux qui pètent dans les autobus pis celles qui dépassent tout le monde à l’épicerie…

Mais avec Misao, c’est différent. Elle peut définitivement se le permettre.

Si un jour chez Tim Hortons dans la file j’entends une vieille crier : « Tassez-vous tabarnak, j’suis la doyenne de l’humanité. » J’vas m’tasser.

D'autres beaux textes à lire aussi...