simplicité

« Je me cherche une fille simple, pas de drama. J’aime ça la simplicité. »

 

Maudit je l’aime celle-là. J’me fais avoir à chaque fois. Cette crisse de phrase.

 

Je pense toujours HEIN COOL! Moi aussi j’aime la simplicité. Les mind fucks et les games du monde des fréquentations, je ne les comprends pas.

Enfin, quelqu’un qui va me dire clairement ce qu’il veut, on va avoir plein de fun ensemble pis j’vais jamais passer des heures à déchiffrer ses textos vagues et incompréhensibles pour y trouver 56 différentes interprétations.

Le comble du bonheur!

 

Parce que moi, j’aime pour de vrai la simplicité.

J’suis du genre à rester chez nous un samedi soir parce que j’ai trop d’invitations pis je trouve ça ben compliqué de faire un choix, donc je choisis la simplicité : je reste chez nous en bobettes avec mon puzzle de chatons-boules-de-laine.

 

La simplicité qui trouve bonheur dans les petites choses : un café bien chaud le matin, une place de libre dans le métro quand on se tape Viau-Verdun, un ratio parfait de frites-fromage-sauce dans ma poutine.

 

C’est aussi ne pas rendre les choses inutilement compliquées. Fuck the drama.

 

La simplicité qui côtoie l’honnêteté et une maturité d’esprit.

 

Tsé, une fille simple.

 

J’ai pas eu l’ostifique de mémo mais à quelque part, « simplicité » semble avoir changé de définition.

Du moins, dans la stratosphère merdique qu’est le dating.

 

« Simple », c’est aussi une façon politically correct et ben cute de dire « on va se voir lorsqu’il me conviendra et si tu poses des questions, je vais te traiter de fille-dépendante-affective-cray ».

Ou encore, ma préférée, « j’veux pouvoir faire ce que je veux, sans considérer tes sentiments humains ».

 

Étant maintenant au niveau 5 expert level de bénéficiaire du ghosting, je vous indique aussi qu’une fille simple ne demande pas d’explications. Elle doit se contenter du silence lorsqu’elle cherche à comprendre la direction de la fréquentation.

 

Tsé, une fille ben simple là. Un tapis.

 

Je dis elle. Ça peut être lui aussi, bien sûr. Y’a pas de genre à l’immaturité sournoisement étiquetée simplicité.

 

Ma copie originale d’Aladin en VHS pour un homme simple et semi-normal en chemise à carreaux.

Un vrai de vrai simple qui cherche une vraie de vraie simple.

 

Crisse. Que je t’appelle pour faire des bonhommes de neige high (nous autres, pas les bonhommes) en frenchant sous les flocons. Que tu me répondes simplement « oui », sans hésitation ou un million de complications.

 

Tsé, simple.

 


joseeroyÀ propos de l’auteure:
Guru de tout et de rien, Josée préfère donner des conseils que les suivre. Cynique éternelle et adorablement maladroite, elle passe ses soirées sur des sites de rencontre afin de troller les gars qui sont incapables de formuler des phrases intelligentes. Misanthrope sociale, elle rêve d’avoir une cabane isolée dans le bois près de Montréal: proche assez pour satisfaire le besoin d’interaction humaine et ses cravings de poutine, mais loin assez pour retrouver la sainte crisse de paix.

D'autres beaux textes à lire aussi...