Articles tagués "Nancy B.-Pilon"
Le bas

Le bas

J’allais accrocher nos bas de Noël sur le bord de la bibliothèque – on n’a toujours pas de foyer – quand tu m’as dit d’attendre un peu. Je comprenais pas pourquoi tu voulais que j’attende. C’est pas une tâche super longue à faire pis c’était la dernière. Toutes les décorations étaient installées, le sapin était...
Va-t'en

Va-t’en

La première fois que c’est venu me grafigner le dedans, c’était il y a trois ans. En voyage à Boston avec mon Monsieur. On faisait la file pour entrer dans un resto. La terrasse était illuminée par des millions (je suis pas mal certaine que ça se comptait en millions) de petites lumières de Noël...
Il pleuvra pas tous les jours

Il pleuvra pas tous les jours

Des fois, ça va pas. Ça va juste pas. Il peut faire doux en novembre, Safia peut reprendre avec brio ta chanson préférée de Richard Desjardins, tu peux manger des crêpes tous les matins pour déjeuner (t’es un adulte, t’as le droit, maintenant), ça va pas. T’as un trou dans le fond de ton ventre....
La drôle de gestion de ton intimité

La drôle de gestion de ton intimité

Avant-propos: l’auteure de ce texte a déjà adopté le comportement inadéquat qu’elle est sur le point de dénoncer dans les prochaines lignes. Une fois (pas au chalet). Elle en fait publiquement son mea culpa et range cet événement sur la liste des moments dans lesquels elle s’est sentie le plus idiote de sa vie. –  ...
Ta haine envers les cyclistes

Ta haine envers les cyclistes

Dans la longue liste des choses que je m’explique mal, il y a, dans le top 10, ta haine envers les gens qui décident de se déplacer à vélo. Pas ta petite intolérance là, ni le fait que des fois, ça t’énerve d’être ralenti parce qu’un vélo ne se colle pas suffisamment à droite pour...
Ne parle pas aux inconnus

Ne parle pas aux inconnus

J’imagine que, comme moi, ta mère t’a répété cette phrase quand t’étais petit et que tu partais seul pour une destination quelconque (dans mon cas, c’était souvent le parc). Ne-parle-pas-aux-inconnus, en un souffle, un avertissement qui devait être dit d’un trait. C’était commun, dans ce temps-là, de se faire dire de ne pas parler aux...
La dictature gynécologique

La dictature gynécologique

Très peu de filles sont enthousiasmées par leur rendez-vous chez le gynécologue. Rares sont les situations aussi inconfortables que le quart d’heure annuel passé avec un médecin qui t’accueille en te montrant où tu peux déposer ton pantalon avant même de te saluer.   Très peu de filles ne se sont pas fait dire en...
Tes mains d'inconnus qui s'en permettent

Tes mains d’inconnus qui s’en permettent

Tu t’es approché de moi sans que je ne m’en rende compte. J’étais concentrée sur la lecture de mon roman, les pieds qui pendaient dans l’eau de la piscine Laurier. Je pensais que t’étais un grand-papa qui me demandait si c’était grave que son petit-fils vienne faire des bombes à côté de moi parce que...
T'es belle, pas-quand-même

T’es belle, pas-quand-même

T’es ronde. J’veux dire, c’est pas un secret. La rondeur, c’est pas comme l’anxiété ou le diabète, c’est tout le temps visible. Même si tu t’habilles vraiment bien. Même si ton visage est magnifique. Même si t’as une répartie enviable. T’es ronde et tout le monde le remarque.   C’est comme ton qualificatif principal. T’es...
Ton amour pour la course à pied

Ton amour pour la course à pied

T’étais assis sur un banc près de l’usine de pain avec un de tes amis, j’imagine. J’ai pas pris le temps d’analyser les bases de votre relation ni les raisons pour lesquelles vous étiez assis là ensemble.   C’était un samedi après-midi de soleil-pas-trop-chaud. Ça sentait le lilas dehors pis je rêvais un peu au moment où mon...