En route vers le même bar que d’habitude, j’étais juste allée m’acheter des écouteurs cheap au dépanneur du métro Laurier parce que les miens venaient de briser et que j’avais un besoin pressant d’écouter les chansons les plus intimes de Françoise Hardy. J’étais triste parce que je m’étais encore faite avoir par un vendeur de...