1575128606_a125259436_z

Moi, dans la vie, j’aime ça le café.

J’aime plein d’autres choses aussi!

J’aime les tasses spéciales, j’aime aller au musée avec mon amie Marie-Ange (parce qu’on se tanne toujours d’être là en même temps), j’aime les films où Sandra Bullock sauve le monde avec des beignes dans sa brassière et j’aime porter une casquette quand j’ai pas le goût de me peigner avant d’aller affronter la grand’ ville et mes responsabilités.

 

J’aime aussi les gars.

Généralement, par contre, tout le monde s’en torche. Ma famille s’en torche, mes amis s’en torchent, mes collègues s’en torchent et je m’en torche itou.

 

En lisant les nouvelles des derniers jours toutefois, mes copains d’Héma-Québec me rappellent qu’ils s’en torchent pas.

Ils sont encooooore à la recherche de nouveaux donneurs parce qu’ils en manquent et que la période estivale leur rentre dedans. La plupart des collectes de sang ont lieu dans les écoles et, you know, les écoles sont fermées l’été.

 

OÙ donc aller chercher de nouveaux donneurs en attendant la rentrée? Vers QUI peut-on désespérément se tourner pour continuer à sauver des vies?

Pas vers les gais en tout cas. Ouache. Dégueu.

 

As you now know, un gars ayant eu une relation sexuelle avec un autre gars au cours des 5 dernières années ne peut pas donner de sang…

Aaaaaaaaaaaaaah, OK! Donc je peux, MAIS je dois attendre 5 ans? Fafa, fallait juste le dire! Attends une seconde que j’attache mes souliers et je pars tout de suite m’acheter une ceinture de chasteté dans la rangée 8 du Home Dépôt le plus près de chez nous.

Dès ce soir, je pars mon chronomètre et pour les 1 825 prochains jours, ma libido va entrer en hibernation.

Après ça, watch me, t’auras jamais vu ça. Je vais être le meilleur donneur de sang de l’Amérique. Ils vont m’appeler Sweeney Todd.

Les touristes de l’Ontario vont me reconnaître dans la rue et crier « Oh my gosh Shannon, it’s him!!! It’s The Blood Giver!!! »

 

Je vais autographier des craques de seins au quotidien pis je vais passer à l’émission de Pénélope McQuade.

Après ça, Pénélope McQuade va devenir ma meilleure amie pis on va aller donner du sang ensemble avant le brunch chaque dimanche matin.

La nuit on va aussi être un duo de super-héros en costumes de cuir blanc et on va protéger les rues de Montréal des malfrats en tous genres.

Ah, pis aussi on va avoir des chevaux mauves qui vont s’appeler « Génocide » et « Yogourt ». On va brosser leur crin ensemble en riant et en parlant de bouteilles de vin et de nos livres préférés.

La vie va être belle.

Et si tu t’es rendu jusqu’ici dans ma fabuleuse énumération tu comprendras idéalement que cette rocambolesque aventure est tout aussi réaliste que de demander à quelqu’un de s’abstenir d’avoir des relations sexuelles pendant 5 ans avant de pouvoir donner du sang.

 

Est-ce qu’il y a des risques parce les hommes gais ont historiquement plus de chances de porter du sang infecté que les hétérosexuels? Oui.

Est-ce que c’est compréhensible qu’on priorise la sécurité avant l’inclusion? Oui.

Est-ce que c’est néanmoins cohérent d’appliquer aveuglément une règle comme celle-là alors qu’on manque de donneurs?

Je crois pas.

 

Parmi tous les gais « à risque » qu’on fuit comme la peste aux collectes de sang, il y en a probablement une tonne qui ont de biens beaux globules rouges pas infectés qui feraient rougir le casting de la saga Twilight au grand complet.

Ce serait bien de trouver une solution leur permettant de donner leur sang au lieu d’investir dans des campagnes de pub où les gars de Simple Plan et Kent Nagano font des pyramides humaines en nous lançant un clin d’œil coquin dans leur p’tit chandail rouge, non?

 

Je sais pas si on peut continuer à être aussi sélectifs quand le nombre de donneurs est aussi précaire.

Me faire refuser un don alors que je pourrais full, je sais pas moi, sauver la vie de ta mère, me rend pas mal perplexe.

J’me sens comme si j’offrais ma barre tendre granola à un sans-abri pour qu’il me réponde « No bitch, I want a motherf*ckin filet mignon and a margarita on the rocks ». Hey, je comprends, moi avec, mais si y’a pas de SIDA ou d’autres bibittes dans ma Val Nature, je pense que tu peux trouver moyen de lower tes standards un brin et te dire qu’au moins, t’as pu manger quelque chose.

 

J’dis ça de même.

En attendant en tout cas, je serai dans la rangée 8 du Home Dépôt. Plus que 1 825 jours et c’est mon tour!

Photo : superde1uxe


jfbarrette1À propos de l’auteur :
Jean est l’abeille la plus sassy de la Beyhive. Entre deux articles du Code civil, il aime bien se relaxer avec un vieux Archie fripé et du Crush au raisin. Ses rêves les plus tangibles sont d’ouvrir un Bed&Breakfast pour chiens ou d’être sélectionné dans l’équipe d’Isabelle à La Voix. En attendant d’y arriver, tu peux le trouver chez lui. Il est en train de développer une plaie de lit en apprenant toutes les répliques de Mean Girls par coeur. So Fetch.

D'autres beaux textes à lire aussi...