Sa78bre

Nostalgique de nature je ne me fais jamais prier pour participer à une séance de radotage au sujet de la culture pop des années 90 – 2000. Ma mémoire bizarrement sélective fait en sorte que je possède beaucoup de connaissances en la matière et donc, je me sens particulièrement érudite quand vient le temps de partager mon savoir : demande-moi pas les dates des guerres mondiales (je n’ai jamais réussi à les retenir, honte à moi), mais par contre, je peux TOUT te dire au sujet de Watatatow. TOUT.

 

Quand j’ai vu que le Zoofest proposait le Show 2000, spectacle thématique sur ces exquises années, j’ai presque fait pepi sur place.

En tant que master de la rétrospective, j’avais des attentes.

Élevées. Vraiment.

Est-ce que j’allais enfin réaliser que je ne suis pas seule à croire que le plus grand hit de Marie-Mai c’est « Chante Marie-Mai »? Que d’autres pensent, comme moi, que la fille la plus stylée du Québec n’est pas Maripier Morin avec ses crop tops mais bien Mariloup Wolfe du temps où elle portait des chandails de bébé en guise de coiffe, dans Ramdam?

 

Bref, la fille anachronique que je suis hyperventilait.

Avant que le show ne commence, je me suis fait cette fatale réflexion : « Calme-toi les attentes, Julie, tu peux juste être déçue ».

MAIS NON! NON! Je n’ai pas été déçue! Tellement pas que je ressens la pulsion de pondre un billet sur le sujet pour te dire « VAS-Y!!! POUR VRAI!!! VA LÀ!!!».

 

Je te dis comment ta soirée risque de se dérouler : Tu vas t’asseoir et tu vas rire.

Tu vas voir défiler 7 humoristes qui vont présenter des numéros sur leur propre nostalgie des années 2000. Tu vas toujours rire. Et peut-être oublier l’heure, la date et ton nom. Ça dépend de ton enthousiasme. Chose certaine, tu vas assister à un duel incroyable sur du Mortal Combat. Et tu vas être témoin de la finale la plus belle d’entre toutes les finales. Sur laquelle je veux m’attarder.

 

LA FINALE.

Elle est… Comment dire?

Magistrale.

 

Les gars exécutent une fabuleuse chorégraphie sur un mash-up des grands succès des années 2000.

Strip-tease en prime.

 

Là tu te dis « Julie! Tu me spoil le show! ». Mais j’aurais beau t’en parler pendant 1000 ans, mon descriptif ne peut rendre justice à l’excellence de leur exécution.

 

Si je suis le public cible pour les référents décalés, je suis aussi public cible pour les choses de drôles qui sous-tendent une morale (qu’elle soit voulue ou non) : la diplômée du domaine sexualiste que je suis ne peut s’empêcher de se faire aller l’analyse.

Je filtre TOUT dans une optique sexologique, c’est plus fort que moi.

Conclusion?

Bien qu’ils fassent leur danse d’abord et avant tout dans le but de déclencher des rires, Julien Lacroix, Alexandre Bisaillon, Matthieu Pepper, Yannick de Martino, Medhi Bousaidan, Jérémy Du Temple et David Beaucage nous offrent une grande leçon sur l’érotisme et la diversité au masculin.

 

Plug-moi devant Magic Mike, je vais définitivement moins capoter.

 

Por que?

Parce que trop souvent la représentation du sex appeal est associée aux normes sociales de beauté. Un modèle de corps. Du superficiel.

ÉLARGISSONS NOS HORIZONS, POUR L’AMOUR!

 

Bravo aux parents qui ont réussi à faire un match entraînant la ponte d’un être aux traits, à la grandeur et à la corpulence socialement valorisés mais personnellement, ça me prend plus qu’un alliage génétique pour me charmer.

 

Sur la scène du Show 2000, t’as 7 hommes, 7 morphologies différentes, 7 personnalités distinctes.

Et ils se retrouvent là : tous en bobettes et en camisoles. Ils font tous la même danse. Avec un degré d’aisance propre à chacun. Une flexibilité propre à chacun. Un sens du rythme qui n’est pas de la partie pour tout le monde. Mais ils y mettent du cœur. Ils font des moves socialement caractérisés comme étant «féminins». Mais ils s’en sacrent. Ils dansent sur des chansons quétaines. Mais ils s’en sacrent encore une fois. Ils ont juste du gros fun et ils assument.

 

J’étais ravie à un degré de ravissement rarement atteint.

Authenticité, autodérision et déconstruction des stéréotypes = HOW SEXY IS THAT?!

 

Alors, à vous, messieurs, je vous pitch ma brassière en guise de reconnaissance et à vous, dear lecteurs, je vous dis « il vous reste 3 opportunités d’aller voir ça! Garrochez-vous! ».

http://www.zoofest.com/fr/spectacles/le-show-2000-51

 

 


julie01À propos de l’auteure :
Un jour, une médium a regardé Julie dans les yeux et lui a dit « Toi, t’as 200 ans ». Depuis, sa vie entière a pris un sens. Légèrement décalée et un peu beaucoup démodée, son investissement relationnel fictif de 1996 avec Maxime des Couche-tôt lui a fait vivre sa plus grande peine d’amour. Elle a travaillé au même cégep que Johanne Blouin, voue un culte à Martine St-Clair et entretient la ferme conviction d’être sur terre pour réaliser le sequel de Watatatow.

Photo : Zoofest

D'autres beaux textes à lire aussi...