Quand j’avais genre 5 ans, j’avais regroupé sous un seul terme toute la bouffe que j’aimais pas; c’était du «farfelu épicé». Aujourd’hui, je r’garde ça, pis j’trouve que ça’a encore ben d’l’allure comme expression.

J’étais, et je suis encore, difficile à table. J’aime rien, ou presque. J’ai un peu les mêmes goûts qu’un enfant… un enfant difficile. En général, toute la bouffe d’adulte, ça m’écoeure. J’trouve ça pas bon.

J’aime juste le comfort food pis les affaires ben basic; le pâté-chinois, la pizza, les sandwichs au jambon, le macaroni à la sauce tomate Heinz, les tacos, les hamburgers, les hot-dogs, la lasagne, le poulet, le steak, le porc, le spaghetti, la salade césar, la salade au thon (avec d’la vinaigrette Catalina de Kraft, sinon laisse faire), le baloney pis le pâté à la viande. (Je mets pas de «etc» à la fin de mon énumération parce que c’était pas simplement «quelques exemples» de repas que j’suis capable de manger, mais bien la liste intégrale. That’s it.)

J’aime pas la liqueur brune. J’aime juste le Crush à l’orange ou aux fraises. J’aime pas le café, ni le thé, ni le vin rouge. J’suis capable de boire d’la bière pis du vin blanc sans avoir le goût d’vomir maintenant, mais j’vais juste y voir un intérêt si c’est pour me saouler. Tsé j’vais pas boire une bière «casual» juste parce que j’aime ça pis que j’veux «relaxer» là… Dans ma tête y’a comme pas d’avantage; c’est vraiment pas si bon que ça, pis ça fait engraisser… C’est quoi l’idée? J’vas boire du jus d’pomme debord. Ça au moins c’est sweet pis enjoyable.

Malheureusement pour moi, j’suis allergique à aucune de toutes les choses que j’haïs. Ma soeur elle, ‘est allergique aux fruits de mer. Tellement chanceuse. Moi j’suis toujours pogné dans les soupers d’famille pour être le gars trop lame qui mange dequoi d’pas rapport, genre un Subway ou un macaroni, sans aucune raison valable. «Ouais, non, j’aime pas vraiment ça le crabe…!»

Des fois j’me dis que j’devrais essayer d’me forcer pis goûter des nouvelles affaires. Essayer de «développer» mes goûts comme qu’y disent… Ça fait que j’m’essaye. «Non non là, j’vais manger comme tout l’monde, pas besoin d’me faire un macaroni. Du flétan d’morue au basilic de coriandre gratiné-tourné de fromage bleu ça doit pas être si pire…!» Yark estie. Après une bouchée j’me rappelle pourquoi j’suis aussi difficile à table. Ça goûte la vraie crisse de marde vos affaires. Êtes-vous toute mongols? Pourquoi tout le monde trouve ça bon? «Huuummm mon Dieu c’est teeeelleement bon Dorothée!» Ouache estie. Moi je r’garde ça pis j’me dis qu’y’a aucune tabarnak de chance que j’finisse mon assiette icitte à soir. J’vous l’jure que j’vas vomir. Pis c’est pas une expression là; j’vais littéralement vomir.

Quand j’avais 6 ou 7 ans, on m’avait forcé à manger des pétoncles; j’les avait vomies sur les talons hauts en velours noir de ma mère pour lui prouver à quel point j’haïssais ça. «Tiens osti! J’t’avais dit qu’j’allais vomir si tu m’en faisait manger!» Je sais pas à quel point mon vômissage était sincère ou forcé, mais j’sais qu’j’étais ben content d’la tournure des évènements. Après ça mes parents m’avaient laissé tranquille pour un boutte avec leur bouffe de fuckés.

À part les fruits d’mer que j’aime pas trop voir atterrir dans mon assiette, y’a aussi le fromage de chèvre et/ou l’agneau. J’trouve que ça goûte les cheveux. C’tu moi qui est fou? En fait, nuance; j’trouve que ça goûte ce que sent une personne avec les cheveux vraiment gras. Ça doit venir de la laine dans le fond? En tout cas, ça m’écoeure.

Pis les maudites olives aussi. Ça j’ai jamais osé m’mettre ça dans ‘yeule. Ça’a l’air extrêmement dégueulasse. Les pires c’est les grosses vertes. Celles «en vrac» là? Ça sent la diarrhée de bébé. Tsé le présentoir dans les épiceries où est-ce qu’y baignent dans des bacs? AVOUE que ça sent la diarrhée de bébé quand tu t’en approche… Come on.

En tout cas. T’iras faire le test pis tu r’viendras m’en parler. Bye.

La photo est tirée de la page Flickr de Claudio1612

D'autres beaux textes à lire aussi...