Il y a deux ans, Dove a lancé une campagne publicitaire intitulée “Choose Beautiful” : des femmes arrivaient devant un centre commercial et se retrouvaient devant deux entrées : “Beautiful” et “Average”.

Elles devaient choisir par quelle porte entrer et après expliquer en long et en large pourquoi elles avaient choisi l’entrée en question, généralement en pleurant.

 

La campagne a résoné auprès de bien des gens.

Moi, pas tant.

Aborder des femmes adultes en les confrontant à leur propre perception de leur apparence physique, je trouve pas ça attendrissant; je trouve ça condescendant.

 

Petit newsflash : une fille est pas obligée de se trouver belle.

Elle peut être super bien dans sa peau, se trouver hot à sa job, se trouver épanouie dans ses intérêts personnels, trouver qu’elle est une bonne amie/fille/blonde/mère, tout ça sans trop se casser la tête avec son apparence physique.

Savez-vous pourquoi? Parce que c’est pas tant important.

 

OMG! Quoi??? Tout mon univers bascule! I can’t believe it!

 

Ben oui. C’est pas tant important.

 

Construire des campagnes publicitaires sur le principe que les filles doivent toutes trouver qu’elles sont des goddess queens, c’est leur mettre énormément de pression.

Un peu comme le concept qu’on doit être heureux à tous les jours. C’est correct d’avoir des journées plus difficiles, ou simplement ordinaires. On est pas obligés d’être émus par un enfant qui rit à tous les jours de notre vie.

De la même façon, c’est tout à fait correct de se trouver ordinaire physiquement.

 

Moi, je me trouve ordinaire.

Je pense que j’ai une bonne shape et des beaux yeux mais j’ai aussi un nez qui, ma foi, domine mon visage et une bouche que je trouve proportionnellement petite. Je me trouve pas laide. J’ai des journées où je trouve que j’ai l’air fatiguée ou plus vieille que mon âge, et j’ai des journées où je suis comme “Dammmn girl I would hit that!”

Se trouver ordinaire, finalement, ça veut juste dire qu’on trouve pas qu’on est au-dessus de la moyenne. Je vois vraiment pas en quoi c’est le reflet d’une faible estime de soi.

 

Pourtant, les quelques fois que j’ai eu le malheur de dire ça, je me suis tout de suite fait pitcher des “Heiiiiiin ben noooooon t’es full belle voyons dis pas ça!!!!”, comme si j’avais dit que j’étais un tas de marde.

Pourtant, quand un gars dit la même chose, personne s’inquiète pour son self-esteem.

Parce que c’est entendu que son estime est basée sur d’autres choses : son intelligence, son sens de l’humour, son réseau social, son succès professionnel, son pénis…

 

Baser une campagne publicitaire sur le fait que certaines filles se trouvent pas beautiful, c’est faire semblant de parler d’estime de soi, en ne parlant finalement encore et toujours que de l’apparence physique des filles.

 

C’est donner toujours autant de valeur à la beauté, au dépend des 40 000 autres choses qui constituent un être humain complexe et profond.

 

Si on arrêtait de parler tout le temps aux filles de leur apparence physique, en bien comme en mal, peut-être que moins de filles de 13 ans passeraient du temps à brailler devant un miroir, ou à s’empêcher de manger.

Peut-être qu’elles concentreraient tout cet espace mental là sur autre chose, comme découvrir ce qui les fait tripper.

 

Mais bon, c’est sûr que si on se concentrait sur autre chose que l’apparence physique des filles, il faudrait que Dove trouve une façon de vendre du savon au lieu de vendre de l’insécurité.

C’est pas gagné d’avance…

 


gabriela_arsenaultÀ propos de l’auteure:
Gabriela Arsenault est une cycliste polie, donc protégée par le World Wildlife Fund. Elle se fait croire qu’elle parle 6 langues, mais en fait elle en parle 3 et en baragouine 3 autres. Facilement séduite par les gens qui dansent bien, elle est aussi facilement turn off par les gens qui disent ne pas aimer quelque chose sans y avoir goûté. Come on!

 

D'autres beaux textes à lire aussi...