Cette semaine, Buffy contre les vampires célébrait ses 20 ans.

Pour être honnête, je suis plus excité que pour mes propres 20 ans.

Parce que yo, Breaking Bad, Ima let you finish, mais Buffy c’était la meilleure émission de TOUS LES TEMPS.

(Il y a peut-être des gens qui diraient le contraire, mais ces gens-là ne méritent pas d’être écoutés. Comme le dit la chanson: On a mis quelqu’un au monde, on devrait peut-être l’écouter, sauf s’il dit que Buffy c’est pas la meilleure série de tous les temps, dans ce cas-là tant pis pour lui.)

 

1- Cette série m’a appris à être féministe

Quand j’étais jeune, je capotais vraiment vraiment vraiment sur Buffy. Comme aujourd’hui, dans le fond.

Un moment donné, j’ai convaincu mes amis qu’on devrait se faire un party de Buffy. Mes amis ont dit ”ok” pour que j’arrête d’en parler, mais clairement ils écoutaient même plus.

Quand je suis arrivé le soir avec mon cardigan pas de manche pis ma bible (j’étais Giles, le plus cool des gars pas cool), j’ai eu droit à un regard confus de mes amis avec leurs t-shirts Logik qui avaient clairement oublié (par choix) ma thématique.

 

Bref, mes amis comprenaient pas trop ma passion dévorante pour Buffy.

Et la même question revenait: c’est pas une affaire de filles?

Je comprenais pas trop la question. Buffy, c’était l’histoire d’une fille qui botte des culs à des démons, pis des fois elle couche avec, mais tsé, surtout, elle leur tranche la tête.

Je trouvais que c’était une histoire pas mal universelle.

 

Mais ce qui était bizarre, c’est que c’était une fille. Normalement, c’était un gars qui faisait ces choses-là, et des fois il frenchait la fille, mais genre après qu’il lui ait sauvé la vie.

Parce que si y’a une chose qu’Hollywood nous a appris, c’est que ce que les filles aiment le plus, c’est frencher après avoir vécu le traumatisme de se faire kidnapper.

C’est fucking horny dans les groupes de rencontre pour les victimes de stress post-traumatique, j’imagine.

 

Pis encore aujourd’hui, les gens trouvent ça bizarre, parce qu’ils ont l’impression que Buffy, c’était une histoire d’amour pour adolescentes avec des vampires, parce qu’ils ont plus écouté Twilight, Vampire Diaries ou True Blood, et ils pensent que c’est comme ça aussi.

Mais non (c’est bon).

 

Oui, il y a des histoires d’amour dans Buffy. Il y en a dans toutes les fucking oeuvres de fiction.

Iron Man passe ben son temps à vouloir rentrer sa Iron graine dans Pepper Potts, et personne se dit que c’est une série de films pour filles.

 

Tant pis pour le monde. J’aime ça Buffy, parce que les filles aussi peuvent botter des culs et tomber en amour et ne pas être définies par ça.

 

 

2- C’est une belle métaphore de la vie

Si vous avez écouté la série, je vais défoncer des portes ouvertes avec ce point-là. Mais Buffy, au fond, c’était pas vraiment une série sur une fille qui tue des démons. C’est une série sur un groupe d’amis qui essaie de grandir et de trouver sa place dans le monde.

Les démons sont juste des métaphores.

 

Willow est un personnage qui apprend sa sexualité.

Mais en même temps, elle apprivoise ses pouvoirs de sorcière, un truc juste de femmes. Pis ça la met à part des autres des fois parce que les gens trouvent ça bizarre des filles qui font de la magie ensemble.

 

Et Xander, il est entouré de gens qui sont extraordinaires, mais littéralement: ils peuvent démembrer des gens avec leurs mains, ou faire voler des objets, ou sont immortels.

Lui il est juste un nerd et il n’a pas de talent particulier, et il se demande s’il vaut quelque chose s’il n’est pas extraordinaire comme tout le monde l’est.

 

Ou encore Oz, qui est vraiment un gars gentil et calme, mais des fois il se transforme en monstre (il est un loup-garou, et pas gentil comme Tommy Dawkins) et il fait du mal aux gens qu’il aime et il ne peut pas se contrôler.

Et un jour il doit partir faire de la méditation pour apprendre à comprendre ses pulsions.

 

Ça m’aidait plus jeune.

 

Je pouvais relate à Xander, qui se demandait où est sa place et qui manque d’estime. Et Giles, qui est un nerd badass.

À Buffy qui trouvait une famille dans ses amis quand ses parents n’étaient pas là pour elle, et quand elle a de la misère à entrer en relation avec les autres parce qu’elle se sent des responsabilités et au fond elle ne s’aime pas.

Mais dans un contexte plus funny où des vampires se font botter leur cul de mort-vivants.

 

 

3- Buffy a aidé à créer la télé moderne

Écouter la télé, c’est la nouvelle chose à la mode maintenant.

Avant les gens allaient au cinéma, maintenant ils s’installent en avant de Netflix avec 3 tonnes et demie de chips (ou de crudités et d’hummus si vous êtes des gens qui détestez la vie) et ils écoutent 9h consécutives de télé.

 

Et même si je trouve ça un peu trop long écouter la télé des fois, je comprends l’attrait. Un, c’est le fun ne pas sortir et rien faire. Mais les séries sont rendues bien faites. C’est comme des films avec plein d’actes intéressants d’une heure.

 

Mais vous rappelez-vous de quoi ça avait l’air la télé dans les années 90? Avant Buffy mettons? Des séries fantastiques, à cette époque-là, c’était genre Hercule contre Arès.

 

La seule bonne affaire de cette série-là c’était Ryan Gosling.

 

Buffy a amené plein de choses: des histoires qui se développent au cours d’une saison au complet, des épisodes spéciaux (avez-vous écouté l’épisode de comédie musicale de Buffy? MEILLEURE AFFAIRE, en témoigneront tous mes colocs à qui j’ai imposé moi qui chante cet épisode).

 

 

Il y a une chose que j’aime pas dans Buffy: en tant qu’auteur, même si j’écris de la télé toute ma vie, jamais je ne pourrai être celui qui a écrit Buffy.

 


Pier_Luc95

À propos de l’auteur :
Pier-Luc n’a pas l’air de ce qu’il est vraiment. Il donne l’impression d’un gars jovial et calme. Il est toujours en criss et crissement angoissé. Les gens pensent qu’il est un garçon poli, aussi. Dans ses temps libres, il s’intéresse à la politique, à la lutte professionnelle et à Pokémon. Faut pas chercher à comprendre.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...