20 janvier 2017, 11h47 AM.

Je syntonise TVA pour être témoin de la passation des pouvoirs la plus awkward de la politique moderne.

Étant donné que le traducteur de TVA me rappelle trop la voix de Siri, je grimpe de 3 postes pour finir à CTV.

 

Pis là, ça commence.

Un maître de cérémonie avec l’entrain d’un Stéphane Dion en pleine forme nous présente back à back des leaders religieux qui viennent faire des discours tout en remerciant Dieu à tout bout de champ.

Quant à moi la seule raison acceptable de remercier Dieu à la télé, c’est si Éric Lapointe te choisit dans son équipe à La Voix.

C’est la seule occasion.

 

Trump prend enfin la parole pour son premier discours en tant que 45e président des États-Unis.

Il commence en expliquant que le pouvoir est maintenant de retour dans les mains des citoyens :

« Le pouvoir est maintenant à vous, ce moment vous appartient! »

Un discours qui semble avoir été plagié sur celui que notre prof d’éducation physique en 4e année du primaire nous avait fait avant le Cross-Country.

Le berlingot de lait et le ruban de participation en moins.

 

Ensuite, il bash sur ce qui a été fait par ses prédécesseurs :

« Ils ont juste fait de la marde, moi j’aurais pas fait ca! »

On dirait un gars qui vient faire des rénovations chez vous :

« Eh boy, je sais pas qui a fait ça comme ça, mais moi j’aurais pas fait ça d’même! »

Blâmer les autres, c’est toujours efficace.

 

Quand tout à coup, il part sur une chire (expression signifiant dérapage que j’ai volée à Babu) religieuse pour finir avec :

« And most importantly, we will be protected by God. »

Pardon?!

La dernière fois que j’avais sursauté de même dans mon divan, c’était lors du dévoilement d’une chambre à coucher thématique « Indonésie » par Marie-Christine Lavoie à Design V.I.P. au Canal Vie.

 

J’ai beaucoup de difficulté à comprendre qu’en tant que société moderne, civilisée et scientifiquement avancée, on est toujours incapable de couper les ponts avec la religion.

Canada inclus.

Quand quelqu’un s’avance sur le sujet, c’est toujours la même chose : les détracteurs montent aux barricades en disant que ça fait partie de l’histoire.

Je parle pas d’effacer le passé, mais d’embrayer ASAP vers la laïcité.

 

Mais mettons que c’est moi qui est dans le champ, et qu’il y a vraiment un Dieu en haut pour nous «PROTÉGER», pas certain qu’il aurait guidé les Américains si à droite que ça.

Mais peut-être que vu que Dieu est en haut, sa gauche, c’est notre droite.

(Ceci est un hommage à Pierre Légaré.)

 

Faque si t’as manqué le speech à Donald, t’as pas manqué grand-chose.

C’était comme regarder une grande messe en plein air avec le stress qu’un sniper fasse feu à tout moment.

Mais c’est pas arrivé, parce que Dieu les protégeait.

Amen.

 


Julien95À propos de l’auteur :
Pratiquant le défoulement littéraire depuis déjà plusieurs années, Julien aime bien analyser et comparer sa situation avec le monde extérieur pour réaliser que finalement, c’est si pire. Depuis sa tendre enfance, le film Les aventuriers du timbre perdu lui sert de guide de vie, les déceptions ne feront donc que continuer à s’abattre sur lui. Avec le temps, il a appris à faire la paix avec les gens qui ont un tatouage tribal.

Photo : Patrick Semansky

D'autres beaux textes à lire aussi...