quebec_fache

Je sais que je vais avoir des commentaires fâchés de ta part, Québec. Mais je veux que tu saches que cette lettre vient d’un fond bienveillant.

Parce que je t’aime beaucoup Québec. Et pas juste le Vieux-Québec.

Je t’aime vraiment en tant que ville. Le campus de l’Université, les rues mignonnes de Limoilou et l’effervescence de St-Roch. Diable, même tes banlieues tranquilles (mais pas plus loin que Beauport, j’ai pas de char).

 

D’accord, je ne suis pas un expert, je n’ai vécu que deux ans en ton sein (huhuhu j’ai dit sein), mais c’était probablement les deux plus belles années de ma vie. Tu es le décor des souvenirs que je raconterai plus tard à mes enfants quand je parlerai de ma jeunesse.

 

Bref, je t’aime beaucoup.

Et j’aimerais que les gens de Montréal, ma ville d’adoption, en sachent plus sur toi quand je discute de tes charmes. Parce que les gens de Montréal, quand je leur parle de Québec, ils ont pas mal deux choses à dire: tu es vraiment vraiment belle, et tu es TELLEMENT fâchée.

 

Faut que tu te calmes.

Oui, les gens de Montréal rient de toi. Mais pas parce que y’a une conspiration secrète. Ça va faire 3 ans que j’habite à Montréal et s’il y a une conspiration, on a oublié de me passer le mémo.

Je sais pas si j’ai mal fait mon changement d’adresse, mais j’attends toujours la lettre qui me dit : ”À partir de maintenant tu dois lancer des cacas dans tous les Ashton que tu croiseras sur ta route.”

 

Les gens rient de toi parce que tu réagis tellement fort.

Pensons au fameux ”mongole-gate” de La soirée est encore jeune qui dure encore presque 2 ans plus tard.

Moi j’ai une petite soeur, et j’aimais ça la taquiner quand j’étais plus jeune. Mais si à chaque fois que je lui disais ”t’es mongole” elle s’était mise à hurler et à tenter de mettre le feu au cabanon en pleurant, je pense qu’il ne se serait pas passé une seule journée sans que je la traite de mongole. Question de voir combien de temps le cabanon aurait tenu (ma soeur n’est pas si bonne avec des allumettes).

 

Mais comprends que les gens de Montréal ne te détestent pas, et ne te méprisent pas.

La plupart du temps, tout ce qu’ils trouvent à dire, c’est que le Vieux-Québec c’est vraiiiiiiment beau. C’est peut-être un peu cliché, comme quand les gens de région disent de Montréal ”ouin, mais ça pue pis c’est dangereux”, mais c’est pas bien méchant.

 

Je pense surtout que les gens de Montréal ne te connaissent pas beaucoup. Parce que tout ce que tu leur montres, c’est ta colère, tes radios-poubelles.

Tu te plains qu’on ne te reconnaît pas assez, mais tu nous envoies comme ambassadeurs des hommes blancs en colère qui disent que Montréal c’est une ville de crisse de mange-marde-enverdeurs-carrés-rouges-et insultes à l’infini.

C’est pas la meilleure approche.

 

Tu as une vie culturelle vibrante, une histoire. Un mode de vie différent, une ville à l’échelle humaine. Mais tu nous montres ta colère dure à comprendre. Ta colère qui crie ”moi je travaille aussi fort que mon voisin fonctionnaire mais j’ai pas un aussi beau char, c’est sûrement à cause qu’ils prennent mes taxes pour les donner aux artistes de Montréal.”

Peut-être que ton salaire et tes conditions sont pas vraiment super, peut-être aussi que c’est parce que ces syndicats après qui tu sacres chaque matin dans ton auto sont de moins en moins là pour te protéger.

Peut-être que c’est parce que tu continues d’élire des gouvernements libéraux. Peut-être que c’est parce qu’on magasine beaucoup chez le Wal-Mart et peu chez le voisin.

Peut-être.

 

Et je ne pense pas qu’on te met tant de côté.

Tu t’es plainte à l’ADISQ que Bob Bissonnette ait été oublié. D’accord, c’était un oubli regrettable. Mais quand tu cries que les artistes de Québec ont été oubliés en faveur de la ”clique du Plateau”, c’est un peu absurde.

Tout ce que tout le monde a retenu de l’ADISQ, c’est le nom de la révélation de l’année, Safia Nolin, dont l’album s’appelle… Limoilou.

 

Je comprends que tu te sentes délaissée. C’est vrai que des fois les gens de Montréal voient difficilement passé les ponts (y’a tellement de cônes orange qui bloquent la vue). Mais des fois, c’est mieux de parler, on entend moins bien quand on crie.

 

Tu as raison. Il faut qu’on aie une discussion sur la place de tout ce qui se passe en dehors de Montréal dans notre société. En tant que gars de région, je suis entièrement d’accord.

Mais parlons un peu ensemble, au lieu de se crier après chacun notre côté.

 


Pier_Luc95

À propos de l’auteur :
Pier-Luc n’a pas l’air de ce qu’il est vraiment. Il donne l’impression d’un gars jovial et calme. Il est toujours en criss et crissement angoissé. Les gens pensent qu’il est un garçon poli, aussi. Dans ses temps libres, il s’intéresse à la politique, à la lutte professionnelle et à Pokémon. Faut pas chercher à comprendre.

 

Photo de Québec par Rémi.

D'autres beaux textes à lire aussi...