14658314_10153808532451246_1925336297_n

«L’amour c’est comme avec un appartement: t’es jamais obligé de resigner le bail.» – MOÉ
.
(Je me suis effrontément auto-quotée, désolée pour cette outrecuidance, mais je me suis pas likée, pas encore, tout n’est pas perdu.)

 

Cher appart,

 

Dernièrement, comme tu as dû le sentir, j’étais en réflexion.

Par respect pour ce qu’on a vécu ensemble, je ne te ferai pas attendre plus longtemps.

J’ai réussi – grâce à mes talents de ‘voyeuse de verre à moitié plein’ – à nous faire à croire un bon boutte que ça marchait, toi et moi … à grand coup de sourires forcés dans ‘face … mais là, là, j’ai mal à la face.

 

Ça fonctionne plus, toi et moi.

 

Pis je te rends pas service en restant non plus : bientôt mon subconscient va se mettre à laisser les ronds du four ouverts, à couper des légumes avec pas de planche sur ton beau comptoir couleur de faux-marbre, à chier dans ‘douche pour aucune raison.

(Le subconscient, ça peut devenir wild-weird.)

 

Un fossé s’est créé entre nous … ce n’est pas toi, c’est moi … si je veux qu’on reste bons amis, il vaut mieux que je parte maintenant … les doux ébats des débuts ne sont plus … tsé veut dire, classic break up, là !

 

Moi qui étais si fière de parler de toi, de te montrer à autre truie … je me suis projetée dans l’avenir avec toi, en gambadant dans les rues de tes environs, d’un petit commerce à un autre, en chantant On va s’aimer encore de Vincent Vallières …

(Quand même débile ce que l’amour fait faire.) (Cibouère.)

 

Mon cœur était à toi.

Toutes ces soirées où épuisée, on a netflixandchillé ensemble dans la plus grande béatitude …. ta chute à déchets, vraiment pratique, qui suscitait l’envie de toutes mes amies de fille … ta douche, immense, qui suscitait l’envie de tous mes amis de gars … tu ne laissais personne indifférent.

 

Et que dire des quelques fêtes qui se sont tenues sous ton toit. Les voisins ont appelé la police, mais crisse qu’on a eu du fun.

Notre intimité a toujours été admirable. Tu as abrité tous mes rêves, toutes mes aspirations pendant 7 ans. Tes bras chauds m’ont permis de vivre plein d’orgasmes créatifs, et ta parfaite insonorisation, plein d’orgasmes, point.

 

Toutefois, je dois dire que mes amis ont émis leurs doutes quand je leur parlais de toi.

‘Ouin … es-tu sûre que t’es en amour …’ … puis ils te voyaient et ils comprenaient mon dilemme. Parce que t’es cute, user friendly, cool-hip-of-the-hop-of-the-hey … sur papier t’es THE deal.

 

J’ai peu d’expérience dans la vie, mais je peux affirmer qu’une liste de pours et de contres, ça fait jamais le poids contre un cœur qui bat fort.

 

Tu vois bien que quand je suis de passage, je ne tiens pas trop à passer du temps avec toi !

Que quand je viens on se pogne pis je fous le bordel … pis je reviens et ramasse le bordel que j’ai foutu. Ce n’est pas une vie ça … non, monsieur l’appartement.

 

Néanmoins, merci pour ces belles années.

Mais là, je DROPE la bombe : j’ai rencontré un autre appart.

Pis depuis que je l’ai vu, je m’en confesse … je pense juste à lui, à sa petite rue avec des gros arbres, sa situation stratégique exceptionnelle, près d’une fruiterie, d’un métro et de chez mon amie Nathalie. Je m’excuse, je sais, ça fait mal.

 

Bien sûr, j’ai essayé d’éviter cette rupture.

J’ai replacé les meubles 100 fois dans différents angles, mais y’a des limites à ce qu’on peut faire avec un 2 et demie. J’ai brûlé de la sauge, mais rien à faire : la sauge, ça chasse peut-être les mauvaises vibes, mais ça sent pas bon.

 

L’irrégularité des services de transport en commun dans tes environs, la voisine rushante qui pète une coche le soir de Noël et le manque flagrant de SAQ dans ton périmètre immédiat sont toutes des raisons qui motivent mon départ.

(Bon, la voisine a déménagé après que je l’aie traitée de lourde pis mon foie est top shape après ces années de disette … quand le cœur n’y est plus, on se cherche des raisons pour expliquer le désenchantement. Je n’ai aucune raison de chialer, si ce n’est que contre le transport en commun, et depuis le métro Azur, ça va curieusement mieux.)

 

Je suis sûre que tu vas te trouver une nouvelle locataire ben vite. Je te ferai pas la joke du ‘une de perdue, dix de retrouvées’ … oups je viens de la faire.

Haha. Malaise.

 

Bonne chance. Pis surtout, merci pour tout, appart de mon passé.

 


veronique_pascalÀ propos de l’auteure:
Véronique vient de Longueuil et possède 2 chats obèses, comme 99% des femmes entamant la trentaine et n’ayant pas d’enfants. Véronique s’appelle Véronique et trouve que beaucoup de filles s’appellent Véronique, mais elle n’a pas trouvé de nom d’artiste satisfaisant encore (sauf Abeille et c’était pris). Alors elle prend vos suggestions.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...