500

Je suis dans la cuisine en train de faire des scones que tu goûteras pas.

Pas parce que je veux pas que tu en manges, je voudrais te faire à manger tout le temps.
.
Non, si tu y goûteras pas c’est parce que tu sais toujours pas si tu les veux les scones, et moi je peux pas attendre que tu te décides.
.
Des scones c’est bon quand ça sort du four, c’est pas fait pour bretter sur un comptoir. C’est pas fait pour attendre que tu décides que c’est ça que tu veux.
.
.
.
C’est pas la première fois qu’on arrive ici toi et moi.
.
T’as décidé que t’avais envie de revenir faire un tour, pour que je me rappelle de ton odeur, de ta langue, de ta carrure, de ton ventre doux, de tes fucking becs sur le front, tes fucking becs sur le front à saveur de tendresse confuse…
.
T’es revenu voir mes yeux bleux, et tu m’as redit les mêmes vieilles affaires.
.
Tu sais pas…
.
.
.
Moi je sais, donc je suis partie, parce que quand tu sais, tu veux que l’autre sache aussi.
.
.
.
J’ai fini de pleurer là. Je suis dans la cuisine et je fais des scones. J’espère qu’ils vont pas goûter trop amer.

 


gabriela_arsenaultÀ propos de l’auteure:
Gabriela Arsenault est une cycliste polie, donc protégée par le World Wildlife Fund. Elle se fait croire qu’elle parle 6 langues, mais en fait elle en parle 3 et en baragouine 3 autres. Facilement séduite par les gens qui dansent bien, elle est aussi facilement turn off par les gens qui disent ne pas aimer quelque chose sans y avoir goûté. Come on!

 

Photo : 500 Days of Summer

D'autres beaux textes à lire aussi...