gemeaux_2016

Une de ces phrases attrapées au hasard en écoutant notre petite messe de l’auto-congratulation pour notre télévision québécoise. 2016.

 

Un petit tapon de mots anodin, qui résume la pensée d’une fille … d’une femme possédant une tribune … une fille – une femme ! – contre laquelle à priori j’ai absolument rien, tsé. Parce que si j’étais sur le tapis rouge à côté d’elle, je me dirais la même affaire, j’aurais le même espoir. Celui de briller par l’éclatante exubérance de ma jeunesse immaculée.

Je voudrais qu’on pogne mes plus beaux atouts dans les kodaks, et qu’on célèbre le fait que je suis fit. Je travaille fort, tsé.

 

‘L’important, c’est d’être belle.’

 

Je suis considérée par mes proches et moins proches comme une marginale, une funky. Mais tout est calculé. Et il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à ce que je mets dans ma bouche, aux vêtements que je porte bien ou mal … il ne se passe pas une journée où je me fous à 100% de mon apparence, et si je m’en fous effectivement, c’est probablement pour donner un break de maquillage à ma peau ou parce que je suis due pour dormir un bon 12h.

Faque dans le fond, je m’en fous jamais.

Un bon 20-25% de mes pensées quotidiennes sont tournées vers mon apparence … ce que j’aime, ce que je déteste. Quand c’est pas 100% de mes pensées.

 

Je n’ose pas imaginer le calvaire que doit être ta vie quand 100% des jours de ta vie, 100% de tes pensées sont tournées vers ce sujet.

La spontanéité doit écoper un brin.

Et pourtant, la beauté a une valeur dans notre monde, alors on est prêtes à sacrifier bien des choses pour ne pas être la hippie dans le coin, qui a décidé d’abdiquer réellement, de se pitcher en bas du bateau de la pression, dans lequel nous ramons toutes comme des damnées.

 

‘L’important c’est d’être belle.’

 

On le sait que c’est pas totalement vrai. Que faut aussi avoir de la suite dans les idées pis du peps dans le soulier pour réussir. On s’est fait dire par nos mères que fallait pas tout miser là-dessus.

Mais qu’est-ce que tu veux. Chaque jour de nos vies, les gestes répétés prouvent que c’est là, où on la met, notre attention.

 

‘L’important, c’est d’être belle’.

 

Une phrase lancée au hasard, à l’automne 2016. Je ne veux pas la faire porte étendard de rien, cette phrase irréfléchie, lancée à la va-vite par une fille dans le jus. Je ne veux pas la démoniser, et je ne m’éterniserai pas dessus.

 

Je vais juste la mettre là, dans ce petit texte, et nous laisser ensemble, vous et moi, réfléchir dessus.

Réfléchir à toutes sortes de choses.

À celles et ceux qui se sont battus pour que les femmes – les humains ! – puissent être autre chose que leur enveloppe de peau. À celles et ceux qui se battent toujours. À celles et ceux qui consciemment ou pas, façonnent notre imaginaire collectif.

 

À ces phrases lancées au hasard devant un kodak … qui font des ronds dans l’eau.

 

J’aurais très envie de répondre … ‘L’important, c’est d’être libre.’

Très, très … beaucoup, beaucoup.

 


veronique_pascalÀ propos de l’auteure:
Véronique vient de Longueuil et possède 2 chats obèses, comme 99% des femmes entamant la trentaine et n’ayant pas d’enfants. Véronique s’appelle Véronique et trouve que beaucoup de filles s’appellent Véronique, mais elle n’a pas trouvé de nom d’artiste satisfaisant encore (sauf Abeille et c’était pris). Alors elle prend vos suggestions.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...