7c2da361-96c2-4bce-86ef-8a85e0d50f0d_JDX-2x1_WEB

Vous l’avez sûrement déjà vécu. Vous sortez tout bonnement du métro. Vous êtes dans les escaliers, à maudire les inconscients qui pensent que la moitié gauche de l’escalier, c’est pour admirer le paysage.

Non, madame, le côté gauche, c’est pour monter vite quand on a snoozé un peu trop pis qu’on a intérêt à courir dans les marches si on veut arriver à temps.

Y’en a pas de paysage à admirer, on est dans le métro, ça a été construit dans les années 60 par un aveugle qui a eu un calisse de bon deal sur le béton pis la brique brune laite.

 

Bref, tu sors de l’escalier, et tu te dis, enfin, je vais pouvoir me rendre à la job/école/endroit-où-je-perds-mes-journées.

Mais non.

 

Parce qu’au détour t’attend un mur de vestes pare-balles.

Tu te dis, est-ce que c’est la police? L’armée? Les troupes de Darth Vader venues conquérir la Terre en commençant par le métro Namur?

 

Non, c’est les agents de la STM. Qui vérifient ta passe OPUS.

 

Alors, tu dois attendre et faire la file pour avoir le privilège de te faire traiter d’emblée comme un criminel par un dude qui a échoué Tech. Po.

 

Pis vous savez quoi? C’est même pas le temps que ça me fait perdre qui me fâche quand ils font leurs vérifications aléatoires.

 

C’est le message.

 

Le message qu’il faut absolument arrêter les pauvres. Punir les pauvres. Parce que c’est de ça dont il s’agit.

 

J’ai jamais vu personne faire «Sais-tu quoi? À matin, je pense que je vais laisser la Porsche dans le garage. Non, à matin, fuck le char de luxe, je vais aller dans le métro, vérifier si le p’tit monsieur qui lit ses mots croisés me regarde pas, pis sauter par-dessus la gate pour aller m’entasser dans une boîte de conserve des années 60.»

 

C’est pas des gens fortunés qui abusent du système qui sautent par-dessus le tourniquet. C’est du monde qui ont pas les moyens de payer le 3$ que ça coûte.

 

Des ados. Des pauvres qui doivent absolument se rendre au travail. Des itinérants qui veulent avoir la paix pis avoir un peu de chaleur.

 

Mais heureusement, nos bons agents de la STM veillent. Pour pas qu’un pauvre réussisse à se rendre au travail malgré sa pauvreté, pis qu’il s’en sorte.

Ça gosserait.

 

Et pour pas prendre de chances, ils s’habillent comme s’ils attendaient l’invasion des Chitauri.

 

Criss, si t’as pas les moyens de payer le 3$ pour prendre le métro, penses-tu que t’as les moyens de t’acheter un AK-47 à cacher en dessous de ton coton ouaté?

 

À moins que ça soit des criminels endurcis du crime organisé. Parce que c’est bien connu, la mafia dans les dernières années ont déplacé leurs activités. Ils ont arrêté de mettre de l’argent dans la construction en payant les politiciens pour faire enfler les prix, empochant des millions au passage. Ils ont arrêté le narco-traffic, la prostitution, le trafic humain. Maintenant, leur champ d’activité, c’est de sauter par-dessus le tourniquet pour faire perdre 3$ à la STM à chaque fois.

 

Mais heureusement, la société prend les moyens qu’il faut pour mettre fin au crime.

On l’a déjà dit, la corruption, le trafic de drogue, les crimes sexuels, c’est fini. Il restait juste le vol de rides de métro, et heureusement, ça aussi ça sera bientôt chose du passé, grâce à ces agents de la STM bêtes comme leurs pieds.

 


Pier_Luc95

À propos de l’auteur :
Pier-Luc n’a pas l’air de ce qu’il est vraiment. Il donne l’impression d’un gars jovial et calme. Il est toujours en criss et crissement angoissé. Les gens pensent qu’il est un garçon poli, aussi. Dans ses temps libres, il s’intéresse à la politique, à la lutte professionnelle et à Pokémon. Faut pas chercher à comprendre.

 

Photo : SOURCE

D'autres beaux textes à lire aussi...