no bullshit ulysse

Préambule : cette divagation ludique autour de la naissance est un hommage à mes amies mères, à toutes celles qui aspirent à le devenir. Pour finir, pardonnez mon langage ordurier.

 

Un bébé venant de pousser son premier cri, gît dans les bras de sa mère, étendue sur un lit.

 

Bébé naissant : Ouch.

Mère : Ouch.

 

Temps.

 

Bébé naissant : Ayoye pour vrai. Estie. Ben voyons don.

Mère, se parlant à elle-même : Oh god, ok. Ça va aller. Ça va aller.

Bébé naissant : Man, j’étais si bien !

Mère, au bébé : Je sais, je sais. Chuuut.

 

Temps.

 

Bébé naissant : Man. C’est don ben intense.

Mère : Ouin, hein ?

Bébé naissant : Attends, toi, ça fait 30 ans que tu respires. T’as oublié que c’est de quoi, respirer, pareil … tu t’es faite à l’idée !

Mère : Je sais pas, là … je veux dire, on se fait-tu à l’idée … on parle quand même ici de la vie, là … je me suis faite à l’idée …

Bébé naissant : Moi, là, ça me brûle, ça tire, pis crisse, je peux rien faire par moi-même.

Mère, désemparée : Je pourrais essayer de te nourrir …

Bébé naissant : Ouin, non. Oh pis de la marde, ok. (il boit) Ouch.

Mère : Ouch.

 

Temps.

 

Mère : Heille, je pensais pas que ça se passerait de même.

Bébé naissant : Moi non plus, m’a te dire. Le preview que j’ai eu dans ton ventre était trop bon, là, chu complètement décontenancé.

Mère : Les previews, c’est tout le temps de la publicité mensongère. La première chose que je vais t’apprendre, mon enfant. Comme par exemple le preview de War of Warcraft, vraiment trop bon pour le film.

Bébé naissant : C’est quoi le problème avec le film ?

Mère : Le scénario. C’est souvent ça le problème avec les films hollywoodiens.

Bébé naissant : Ok. Je vais essayer de me souvenir de ça.

 

Temps. Malaise.

 

Mère : Bon …

Bébé naissant : Héhé.

Mère : Moi, c’est Julie. Enchanté.

Bébé naissant : Moi c’est … euh … c’est quoi, moi ?

Mère : Ton père veut t’appeler Ulysse, mais j’ai déjà eu un shih tzu qui s’appelait de même.

Bébé naissant : Ulysse c’est fif.

Mère : Heille, on dit pas ces mots-là ! Tu sors pas ça de mon ventre, ces gros préjugés-là ?

Bébé naissant : Tu sauras que déjà, on a notre personnalité, en sortant du trou. T’es pas responsable à 100% de l’humain que j’vais devenir.

Mère : … du trou ?

Bébé naissant : Je sais que toi tu considères ça comme ta caverne de l’amour, mais ultimement au niveau de la forme, c’t’un trou, Julie.

Mère : Ouin, pis ta crisse de grosse tête en a faite un cratère. Y’a pas juste toi qui va devoir porter une couche dans les prochains temps.

Bébé naissant : Accuse-moi pas, j’ai pas demandé à venir au monde, j’voudrais seulement qu’on me fiche la paix.

Mère : Tu cites du Luc Plamondon 5 minutes après ta naissance. Pour vrai, je sais pas si je t’aime ou si je te déteste, Ulysse.

Bébé naissant : Appelle-moi pas de même, sinon je te mords le mamelon.

Mère : Ulysse. Ulysse. Ulysse. (Ulysse mord.) Ayoye !

 

Le bébé naissant pleure.

 

Bébé naissant : Pour vrai, j’ai aucun plaisir, à date.

Mère : Moi non plus. Pis en plus, moi faut que je fasse des sourires fake à tout le monde.

Bébé naissant : Pourquoi tu leur dis pas la vérité ?

Mère : En 2016, tu te mets un sourire dans’face, bébé. Au Moyen Âge, je serais peut-être morte en couches. Faut que j’aille de la gratitude.

Bébé naissant : Je sais pas ce qui est pire. Mourir en couches, ou vivre avec.

Mère : Arrête de faire ton orgueilleux, pis parle-moi pas de couches, man.

 

La mère pleure. Le bébé se calme.

 

Mère : Scuse-moi, je devrais sauter de joie pis toute, mais là, je t’avoue que je suis fucktup.

Bébé naissant : C’est les hormones, mom. C’est normal.

Mère : Mom …

Bébé naissant : J’ai pas le goût de t’appeler Julie. Tu m’as rien faite encore. Le jour où tu vas me décevoir, où ma confiance en toi va être rompue pis que je vais décider de me dissocier de toi, je t’appellerai par ton prénom. En attendant, je veux bien t’appeler maman. Mais comme je suis un enfant avec déjà beaucoup trop de personnalité, je prends le short cut. Mom.

Mère : Merci. J’apprécie. As-tu encore faim ?

Bébé naissant : Non. J’ai pas faim.

Mère : T’as mal ?

Bébé naissant : Mets-en. Je me demande ce que j’ai faite pour subir ça.

 

Temps.

 

Bébé naissant : De quoi y parlent eux autres ?

Mère : D’affaires médecinales, qui nous concernent tous les deux. J’écoute pas trop.

Bébé naissant : Pis le gars qui morve …

Mère : … c’est lui qui est co-responsable de ce qui se passe aujourd’hui.

 

Temps.

 

Bébé naissant : Y’a pas l’air vite-vite.

Mère : Heille, sérieux, t’es fuckin fendant …

Bébé naissant : ………. MAIS … je trouve qu’il a une bonne vibe. Je me vois bien passer du temps avec lui.

Mère : Il trippe sur le basketball pis le kayak de rivière. Il me fait rire, personnellement.

Bébé naissant : C’est quoi, ça, le basketball ?

Mère : Tu pitches un ballon dans un mini-cercle. C’est cave mais c’est le fun.

Bébé naissant : … ok.

Mère : Y’a ben des affaires de même dans la vie. C’est des détails. Tu figureras tout ça en temps et lieu.

 

Temps.

 

Mère : J’ai un secret à te dire.

Bébé naissant : Go. Je commence à avoir sommeil.

Mère : Tout ce que le monde dit sur les affaires … même la maternité pis la naissance … c’est de l’estie de bullshit, Ulysse. Dans la vie, c’est dur d’avoir un vrai son de cloche.

Bébé naissant : Pas Ulysse, please …

Mère : Écoute-moi deux secondes, t’es le seul à qui je peux en parler !

Bébé naissant : Excuse-moi, mes douleurs musculaires me rendent arrogant.

Mère : On va faire un pacte, ok ?

Bébé naissant : Tu me promets que tu me mentiras jamais ?

Mère : Ben non, es-tu malade … c’est une affaire classée ça, le mensonge c’est comme respirer, ça va tout seul. Non. En fait, je te promets que j’vas toute faire pour que tu soies fonctionnel.

Bébé naissant : Fonctionnel ? J’aurais aimé mieux un p’tit mensonge que ce mot-là.

Mère : … pis toi, en échange … tiens ma main quand on traverse la rue, écoute les histoires que je te raconte, fais-moi pas trop honte dans un IKÉA. J’vas essayer de te bullshiter le moins possible, pis de t’éviter des milliers de dollars en thérapie plus tard. Mais y’é fort possible que j’échoue.

Bébé naissant : Ah ouin hein …

Mère : Je vais te donner le plus que je suis capable de te donner. On fait de notre mieux, pis notre mieux c’est ben correct, peu importe le résultat. Pas de conte de fée, pas de bullshit. C’est ça ma promesse.

Bébé naissant : Tu peux m’appeler Ulysse, mom.

Mère : T’as changé d’idée ?

Bébé naissant : Y’a juste les fous qui changent pas d’idée.

Mère, riant : … pis tu me shootes des phrases toutes faites !

 

Le bébé naissant somnole.

 

Bébé naissant, chuchotant : Heille, mom.

Mère : Quessé.

Bébé naissant : Je pense que je t’aime ben.

Mère : Merci. Moissi, je pense que je t’aime ben.

Bébé naissant : Je retire ce que j’ai dit tantôt, sur ça, pis sur la tronche du dude qui aime le kayak de rivière.

Mère : Es-tu correct ? Je veux dire … ça va-tu mieux ?

Bébé naissant : Bah, ça sera jamais aussi nice que dans ton ventre, mais bon. M’a essayer de dormir.

Mère : Cool.

 

Temps. Le bébé s’endort sur la poitrine de la mère.

 

Bruits de machines d’hôpital. Blablas de la famille, des médecins, de tout le monde.

 

Fin.

 


veronique_pascalÀ propos de l’auteure:
Véronique vient de Longueuil et possède 2 chats obèses, comme 99% des femmes entamant la trentaine et n’ayant pas d’enfants. Véronique s’appelle Véronique et trouve que beaucoup de filles s’appellent Véronique, mais elle n’a pas trouvé de nom d’artiste satisfaisant encore (sauf Abeille et c’était pris). Alors elle prend vos suggestions.

 

Photo : Philippe Huguen

D'autres beaux textes à lire aussi...