dating en ligne

On se rappelle tous de nos cours de mathématique au secondaire quand le prof nous sortait un problème statistique qui faisait aucun sens.

 

Un problème dans le genre:

« Jacques se rend au marché, il achète 73 ananas, sur le chemin du retour, il en échappe 15. Une fois à la maison, il décide pour aucune raison d’en crisser 6 dans sa piscine hors terre. À quel âge Jacques a-t-il perdu sa virginité? »

 

On se disait tous la même affaire: « Je n’utiliserai jamais ça plus tard. »

 

Et bien je vous annonce que nous étions tous dans l’erreur.

 

En 2016, dater en ligne nécessite obligatoirement une certaine base en gestion de scénario statistiquement complexe et improbable.

Le problème ne réside pas nécessairement dans le contenant (Tinder, Hppn, Bumble ou Mon Classeur si tu sors d’un coma de 8 ans) ni dans le contenu (les utilisateurs), mais bien dans la gestion de l’abondance.

 

Le problème c’est que la ressource est inépuisable, et qu’au moindre truc qui te branche moins chez le prétendant-e, tu sacrifies tout le reste en te disant que le bon/la bonne est peut-être à 13 km de chez vous, et non pas à 10 km.

Allons tout de suite remédier à ça dans Réglages. La femme qui portera mes enfants reste peut-être dans Griffintown après tout…

 

C’est comme les déjeuners continentaux dans les hôtels cheaps. T’arrives là le matin un peu hangover en te disant que la banane et le yogourt aux fruits des champs vont faire la job.

Tu les sélectionnes, tu t’assois, mais là tu vois un touriste ontarien qui se verse un bol de Lucky Charms. « Ben là! Allo? C’est sûr que j’en veux moi aussi des Lucky Charms?! »

Pis 2 minutes après, y’a un touriste japonais qui s’enligne sur la machine à gaufres. Là t’es comme: « Say whaaat? Personne ne m’avait parlé de la disponibilité de ces délices gaufrés DIY?!» 

 

La banane pas mûre pis le yogourt 0% viennent de prendre le bord.

 

Bon j’ai faim et je m’écarte, mais on comprend le point de l’abondance à portée de main.

 

Sur ces applications-là, quand tu parles avec une personne, les 2 vous parlez forcément aussi avec d’autre monde.

Ne serait-ce que par politesse et pour répondre au fameux Hey! fade et impersonnel utilisé par 95% de la gent masculine.

 

Contrairement aux apparences, vous n’êtes pas 2.

Une pléiade de prétendants sommeillent on hold dans vos téléphones respectifs. Ces mêmes téléphones qu’on s’empresse de regarder en douce aussitôt que l’autre personne tourne le coin des toilettes.

Pis la suite logique des choses est que tu deviens fucking désillusionné.

 

Et à force de rencontrer plein de monde, tu finis par te construire un genre d’âme soeur idéal à la façon d’un Monsieur Patate imaginaire.

  • Je voudrais qu’elle ait un bon sens de l’humour. Mais qu’elle soit plus Rosalie Vaillancourt que Claudine Mercier mettons.
  • Moyennement grande, mais pas trop. Mes plafonds ont toujours ben juste 9 pieds.
  • Cute si possible. Ou au pire extrêmement ponctuelle. Au moins un des deux.
  • Qu’elle soit sportive. Mais pas trop parce que je veux pas qu’elle me clanche au cinéma Banque Scotia sur Ste-Cath quand je crie: « Premier rendu en haut des marches choisi la couleur de la slush! »
  • Pas conne. « Non Drake était pas en chaise roulante pour vrai dans Degrassi. »
  • Qu’elle apprécie autant Chet Faker et Ben Howard que Schoolboy Q et NOFX.
  • Curieuse. Mais pas dans le sens: « On fait-tu un volcan avec du bicarbonate de soude pis du vinaigre?! Cette réaction chimique m’a toujours fascinée! »
  • Qu’elle ait pas de pénis.
  • Qu’elle aime voyager. Mais pas dans le genre Salvador en back-pack. Se faire kidnapper c’est zéro romantique.
  • Etc.

 

Mais cette personne-là ben, elle se pointera jamais random à ma porte avec un sac de Skittles tropical pis le Blu-ray de Zootopia en criant:

« Allo, c’est moi, la femme de ta vie! Es-tu game qu’on fonde une famille? »

Tout ça n’arrivera jamais, pour la simple et bonne raison qu’elle n’existe pas.

 

J’ai l’impression que cette interminable gestion de l’abondance empêche malencontreusement de donner une vraie chance au coureur.

Au lieu de focuser, mettre sa tête et son énergie, sur une seule et même personne.

Du moins, une à la fois.

 


Julien95À propos de l’auteur :
Pratiquant le défoulement littéraire depuis déjà plusieurs années, Julien aime bien analyser et comparer sa situation avec le monde extérieur pour réaliser que finalement, c’est si pire. Depuis sa tendre enfance, le film Les aventuriers du timbre perdu lui sert de guide de vie, les déceptions ne feront donc que continuer à s’abattre sur lui. Avec le temps, il a appris à faire la paix avec les gens qui ont un tatouage tribal.

D'autres beaux textes à lire aussi...