tournevis

(Le genre choisi pour ce texte est le féminin, pour cause de que tu peux te switcher ça au masculin dans ta tête, si tu te reconnais, dude.)

 

MISE EN SITUATION :

 

Un jour, votre amoureux gosse une affaire chez vous. Il répare une chaise, monte un petit meuble IKÉA, ponce un coin de mur, que sais-je, c’est un manuel.

 

… pendant que vous accomplissez d’autres tâches connexes (lire : répondre à vos courriels, vous faire une manucure, vous ronger votre manucure parce que vous êtes pas capables de visser une vis tuseul pis ça vous angoisse).

 

– Heille, t’as pas de tête carrée. T’as juste une tête étoile.

– Ah.

– Tu vois pas la différence ?

– Ben là ! Wô ! Oui !

– Dans un coffre à outils, ça prend un tournevis à tête carrée pis des wise grips. C’est la base.

– C’est quoi des wise grips ?

 

Silence. Regard consterné.

 

– Sais-tu comment on appelle ça un Mexicain qui se masturbe ?

– …

– Un Manuel.

 

Une bonne joke de Mexicain. Et de personne manuelle. Une pierre 2 coups pour tenter de sauver la face dans une situation embarrassante.

 

Le cap de l’âge adulte a été franchi pour vous depuis belle lurette … et vous êtes pas trop sûre de c’est quoi, un wise grip.

Par contre, vous connaissez l’oeuvre de François Pérusse presque par coeur, et vous êtes vraiment à jour sur l’actualité des soeurs Kardashian et les épisodes de GOT. Vous devriez vous prendre en main, mais ça va clairement se passer après que vous ayez été faire un petit tour au parc du coin de la rue pogner un autre esti de Pokémon.

 

Si vous vous reconnaissez dans de tels propos, vous êtes affligée d’une grave tare.

Vous êtes un ‘humanoïde bordélique impotent sympathique’, traduire par ‘hawt mess’, traduire par ‘tas de n’importe quoi sexy’.

 

Définition (BTW un seul des exemples dans la longue liste suivante suffit à faire de vous un tas de n’importe quoi) :

 

Vous ne savez pas coudre, à peine cuisiner (à part une recette, et les amis commencent à y voir clair, en vous glissant subtilement ‘c’est vrai que c’est un met complet hein, le chili con carne ?’… il n’y a aucune tablette dans votre appartement car anyway les choses sont en moult piles au sol, vos plantes finissent toutes par mourir et vos murs n’ont jamais été peinturés depuis votre arrivée en 2009.

 

Votre côté mésadapté vous pousse à des extrêmes : vous avez acheté une distributrice à croquettes pour votre chat parce que vous pencher pour le nourrir tous les jours vous fait chier. (Pis partez-moi pas sur la litière, cette invention du démon.)

 

Vous pestez intérieurement quand vous recevez un ouvre-boîte Starfrit à votre fête (merci matante, mais JE VEUX UNE GUITARE ÉLECTRIQUE POUR VRAI) … vous ne savez pas comment faire fonctionner l’auto-nettoyant de votre four, qui ne s’auto-nettoie que quand votre mère vient faire son tour.

 

Votre frigo pratiquement vide offre une vaste gamme de condiments passé date, contrairement à celui de vos parents qui pourrait nourrir l’Éthiopie … et puis, un élément fuckin honteux, que vous n’avouerez que les soirs de pleine lune, après plusieurs bières) : vous n’avez pas encore votre permis de conduire. En fait, si vous complétiez votre permis aujourd’hui même, ça vous prendrait exactement 30 ans à raison de 1 lift par jour, pour remettre tous les lifts qu’on vous a fait dans votre vie.

 

Les objets ne vous obéissent pas. Finissent par se pousser de vous. Autrement dit, vous les perdez s’il n’y a pas une corde les reliant à votre poignet.

Vous dormez en cuillère avec votre tas de linge sale.

Votre balcon ressemble à une piquerie désertée, mais sans seringue.

 

L’idée d’avoir une maison est pour vous un fuckin cauchemar … bref, la vie que de plus en plus de vos amis choisissent (avoir des enfants et une maison) … est exactement ce qu’il faudrait faire pour vous punir d’être vous.

 

Vos parents ont voulu vous donner le meilleur et vous épargner le pire. Résultat, en cas de situation d’urgence, vous êtes comme un chat obèse laissé dans une forêt sauvage : non, vous ne retournerez pas à votre instinct naturel. Vous n’avez pas d’instinct et vous allez être éliminé en premier, avant le chat obèse.

 

Ça, c’est le côté ‘mess’. Le côté ‘choquant’ ‘oh my god, on peut pas vivre comme ça’ … le côté que ta petite voix de matante intérieure te répète constamment ‘come on on vieillit un peu ici ?’

Crisse de stuck up. C’te voix-là a jamais reçu d’anulingus, on s’entend.

 

Vous n’êtes pas seuls, collègues mésadaptés.

Selon une petite vidéo américaine du site ATTN qui circulait sur les interwebs dernièrement… 30% des étudiants qui entament le collège ne savent pas se cuire un oeuf, 52% des adolescents ne sont pas capables de changer un pneu … et 70% des personnes ayant moins de 35 ans ne savent pas coudre un bouton.

 

Tsé, guys, les USA c’est à 45 minutes de char, là.

On est pas assez loin pour être vraiment meilleurs.

 

Bon. Ok, on est une génération légèrement larvaire … ceux et celles qui ont pas eu de cours d’économie familiale … et c’est pas la faute des parents non plus tsé, ça se peut qu’ils en avaient rien à chier d’être fonctionnels.

Si tu demandais à mon père de changer un pneu et coudre un bouton dans la même journée, je pense qu’il s’auto-combustionnerait. Mais ses jeux de mots sont savoureux.

 

 

Voici le côté ‘hawt’ de hawt mess … parce que nous, race de paumés de vieux ados réfractaires à devenir vieux, avons besoin de nous convaincre que nous ne sommes pas des losers totals.

Est-ce que ça rebalance la balance ? Fuck all.

 

  • T’as pas de tournevis à tête carrée, mais dans ta bibliothèque, t’as des romans graphiques hallucinants, des essais sur la politique … et dans ton tiroir de bobettes, des dessous affriolants.
  • Tu n’as pas les moyens de t’acheter du savon à linge, mais t’as tellement de linge que tu peux survivre à 1 mois sans lavage (et t’aimes bien dormir en cuillère avec ton linge sale, finalement, c’est mieux qu’un gars qui ronfle et sent plus fort que ta vaisselle sale).
  • Quand une date vient chez toi, tu fais passer le soin et la coupe de ton capillaire intime, avant les odeurs désagréables qui émanent de ton évier plein de vaisselle sale.
  • Tu fais ta vaisselle quand tu es rendu à manger de la soupe dans une petite coupole que tu fais avec tes mains (gaspacho yo), et que tu commences à considérer de partager réellement ta vie avec les mouches à fruit, genre leur demander de payer une part du loyer.

 

Tu maîtrises l’art de la conversation, tu as de l’esprit, tu as du charme. Ces petits skills, tu sais que tu n’aurais pas pu les acquérir en restant chez vous à gérer ton ménage.

 

Tsé. Maigre consolation.

 

J’ai un message pour toi, hawt mess. (…)

 

Moi aussi, des fois, je regrette de ne pas avoir fait mon permis à 16 ans comme tout le monde. À 16 ans, j’avais pas le temps, ok ? (Soupir douloureux de la fille qui a péché par abus d’activités parascolaires.)

 

Moi aussi, des fois, je suis gênée quand mes amies viennent chez moi, et qu’en plein milieu d’une conversation, se mettent à rempoter mes plantes.

Ou suggèrent gentiment d’adopter mes chats.

 

Moi aussi, des fois, quand je rencontre une fille de mon âge qui ‘handle this‘ avec 3 enfants, une job à temps plein et des loisirs, je me demande ce qu’aurait été ma vie si j’avais rencontré un bon gars dans ma vingtaine, comme tout le monde, et non pas une ribambelle de sympathiques potheads tous moins aptes à la paternité les uns que les autres.

Y’aurait fallût que j’apprenne à vivre dans une maison tsé.

Que je devienne un doux mélange de Claudine Desrochers, Monsieur Bricole, et Dolorès, la chauffeuse de la 154 au secondaire. (Les 3 C: cuisiner, construire et conduire, en plus Dolorès avait une super coupe de cheveux et chantait du western, 2 atouts dans mon livre à moi.)

 

Mais bon. Moi, à tous les jours, quand je me lève, je choisis d’être moi, avec ce que ça implique. Je ne suis pas parfaite, mais j’accepte d’être ce bon vieux ‘tas de n’importe quoi’ sexy (des fois).

 

Je vais quand même passer le permis le 1er août tsé.

Si tu veux un lift, fais-moi signe, j’ai du rattrapage à faire.

 

Pis si tu me donnes un tournevis multi-têtes à ma fête, pour vrai c’est chill.

 


veronique_pascalÀ propos de l’auteure:
Véronique vient de Longueuil et possède 2 chats obèses, comme 99% des femmes entamant la trentaine et n’ayant pas d’enfants. Véronique s’appelle Véronique et trouve que beaucoup de filles s’appellent Véronique, mais elle n’a pas trouvé de nom d’artiste satisfaisant encore (sauf Abeille et c’était pris). Alors elle prend vos suggestions.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...