12965967_10154938026169657_402112610_n

L’été s’en vient et qui dit ”été” dit que les grosses productions lourdes télévisuelles prennent congé afin de recharger leurs batteries et faire le plein d’idées dramatiques épouvantables (voire ridicules) qui aideront monsieur et madame à oublier leurs propres problèmes avant le dodo.

 

Je ne suis pas un consommateur de téléromans ou de téléséries québécoises.

Bien sûr, des ”Série Noire” et ”Les Invincibles” de ce monde m’ont charmés comme tous ceux qui ont besoin de plus qu’un ”La famille va dont mal à cause d’un drame tellement près de la vraie vie” une fois par semaine; même heure même poste.

 

J’ai d’autres choses à faire comme, par exemple, fermer les yeux et imaginer de nouvelles couleurs (très très difficile) ou bien regarder la télévision fermée, question de bien apprécier l’objet lui-même; ce qu’on oublie trop souvent.

 

Mais une émission a, jadis, capturé mon attention et la garde en cage depuis.

Je parle ici d’Unité 9.

 

Au début, je l’écoutais car j’avais un ami qui y avait décroché un rôle.

Mon aventure à Lietteville aurait dû s’arrêter à ‘’j’écoute le premier épisode, je trouve ça semi-poche, semi-plate. Ensuite, je texte mon ami pour lui dire quelque chose du genre ”Bravo pour Unité 9! Je t’ai trouvé full de bon pis j’espère que ton personnage ne mourra pas à la fin de la saison 3!”. Puis, plus jamais je n’y porte attention.’’

Jamais.

 

Quelque chose m’empêche d’arrêter de l’écouter.

Semaine après semaine, une énergie m’attire vers Tou.tv et me force à écouter le dernier opus de la série carcérale aux petites heures du matin.

 

Je me suis donc posé la question suivante : Qu’est-ce qui m’attire réellement dans ce beau programme?

 

Parce que je ne pense pas que j’aime ça.

Je ne pense pas que je n’aime pas ça non plus.

Ça ne me choque pas mais ça ne me laisse surtout pas indifférent. Qu’y a-t-il dans cette sauce à spag d’apparence ordinaire qui me fait en redemander encore et encore? De la coriandre? Je ne pense pas.

 

Guylaine Tremblay, dans les dernières semaines, criait sur tous les toits que si on atteint un audimat de 2 millions à tous les shows, ça ne doit pas être si mauvais. Mais ça ne doit pas être si bon que ça si tu as à dire ”que si on atteint un audimat de 2 millions…” Du moins, je ne suis pas le seul à me questionner…

 

Car avouons-le, malgré une prémisse dure et intéressante, un casting AAA et une place toute spéciale sur Netflix Canada, la trame narrative a plus souvent l’air d’un funambule sur une corde slaque que d’un buffet à volonté de luxe chez Toqué!.

 

Je vous donnerai des exemples là-dessus mais tout d’abord, pour les néophytes, voici la prémisse de base qui a mis l’eau à la bouche de tant de téléspectateurs.

 

Marie Lamontagne, professeure et mère de deux enfants, vit une vie paisible jusqu’au jour où elle est contrainte à prendre le blâme du meurtre de son père afin de protéger sa fille mais aussi pour empêcher la divulgation d’un secret incestueux dont seuls Marie et son paternel connaissent la clé.

Marie saura-t-elle survivre à sa nouvelle vie derrière les barreaux?

 

On a ici quelque chose de solide. Déjà, ça ne se passe pas dans une école secondaire; DISONS QUE ÇA FAIT CHANGEMENT, FABIENNE…!

 

En plus, on a droit, ici, à un produit quasi 100% féminin. Une prison de femmes sans les problèmes télé-romanesques habituels.

Pas de ”Ma maudite, c’est moi qui aime le beau Patrice!” ou de ”J’pense que j’ai ce qu’il faut pour être une journaliste hors pair mais le boss me regarde croche.”

Non. Ce sont des criminelles. Des femmes toff qui ont volé, battu ou tué. Pas de niaisage à Lietteville! FUCK DA POLICE!!!!!

 

On a de quoi donner tout un show mais le défi est là. Faire valser émotions et violence à toutes les semaines sans faire déborder le vase n’est pas mince affaire. Et à la fin de la première année, tous s’entendaient pour dire que nous avions assisté à un franc succès!

 

Demandez à pas mal tout le monde s’ils écoutent Unité 9 et ils vous répondront qu’ils ont adoré la première saison… Mais qu’ils ont décroché à la deuxième.

 

Que s’est-il passé à partir de cette fameuse deuxième saison?

Pourquoi certains ont jeté l’éponge tandis que d’autres, comme moi, sont atteints d’une curiosité morbide et en redemandent?

 

J’y ai longuement réfléchi lors de mes longs voyages sur la ligne orange espérant attraper Azur et je crois que j’ai trouvé. Unité 9 est le Simpson dramatique québécois; tout peut arriver. Je dis bien TOUT.

 

On a qu’à penser à toutes ces détenues qui se sont évadées de la prison, y sont revenues escortées ou par elles-mêmes sans trop de conséquences. (Il y a toujours Anne Casabonne en cavale, d’ailleurs… Mais tout le monde semble s’en foutre.)

Au concert ou à la pièce de théâtre qui ont viré au vinaigre. (Dans la prison, oui oui!)

Au fait que la sœur de Marie soit en fait sa fille qu’elle a eue avec son père (qui, à ce moment-là, est devenu son amant) mais celle-ci fut adoptée immédiatement par la mère de Marie ce qui fait de cette dernière sa ‘’somère’’! (Vous suivez?)

Au tournoi d’Ultimate Frisbee intra-mural (évidemment) qui était sensé resserrer les liens entre les femmes mais qui, finalement, a fait totalement le contraire! (Qui l’eut cru?)

 

Ou même Marie qui finit par violer l’aumônier dans sa voiture par vengeance envers son mari qu’elle soupçonne d’avoir violé sa fille (pas sa sœur-fille, sa vraie fille légit).

 

Je pense sincèrement que ceux qui ont déserté la série sont ceux qui ne veulent pas de fantaisie dans leur télévision.

Nous, fidèles, sommes des gens ouverts d’esprits et qui ne se demandent pas automatiquement ‘’Coudonc! Ça a tu de l’allure ça?’’

 

Quand je vois Mathieu Baron arriver pour la première fois dans l’émission, je ne me dis pas ‘’Voir qu’ils ont pris un ex-lofteur au lieu d’un comédien formé!’’

Non. Je me dis plutôt ‘’Mon Doux, ce nouvel IPL fera clairement l’affaire des détenues, si vous voyez c’que j’veux dire…!’’

 

Je pense même que l’auteure de la série ne va pas assez loin dans son imagination.

 

C’est pourquoi j’ouvre ici mon festival de fan fics d’Unité 9!

À toutes les deux semaines, je vous sortirai un synopsis détaillé d’épisode ou d’histoire que j’aimerais voir au petit écran en espérant que ces textes tombent entre les bonnes mains…!

 

Voici le titre de mon premier fan fic :

L’inconnu que je reconnais.

À suivre…

 


olivier_1

À propos de l’auteur :
Avec son podcast, le stand up, les soirées trop bien arrosées à jouer à Diablo 2 avec sa gang de chums ou même le blog, Olivier a trop d’occasions de dire des cochonneries. Mais il résiste. Et résister, c’est d’aller dans la section ”commentaires” d’un article du Journal de Montréal et ne répliquer à personne. Je vous le dis, ça brûle. Il n’échangerait sa vie avec personne. Sauf avec Chris Powell, l’entraîneur de l’émission Maigrir ou mourir, ce qui lui permettrait de crier après des gros tout en faisant une bonne action.

D'autres beaux textes à lire aussi...