looo

«Lâche ton cell».

Je sais même plus le nombre de fois dans ma vie que je me suis fait dire ça.

Pis je compte encore moins le nombre de fois où je me suis retenu pour le dire.

Mais moi j’suis pas du genre à te l’dire.

J’me dis que si j’ai à te supplier pour que tu focus sur ma présence, c’est que dans le fond, tu dois un peu t’en câlisser.

C’est comme de demander à quelqu’un de te faire un lift. Si ça avait été dans ses intentions, il te l’aurait probablement offert.

 

Pour ma part si je suis beaucoup trop obnubilé par ce fragile morceau de vitre à 800 piasses sans contrat, c’est qu’inconsciemment, j’ai toujours peur de manquer quelque chose.

Fear of missing out. FOMO pour les intimes.

 

Je pense avoir développé ce syndrome en 2007 quand je me suis fait installer la TV HD et que Vidéotron avait débrouillé tous les postes pendant 48 heures.

« Est-ce que je me consacre à 100% au visionnement de À vos marques… Party! ou je continue de zapper tout à coup que je tombe sur un nouvel épisode de Criss Angel Mindfreak? »

 

Ce qui fait que maintenant, je botch un peu tout ce que je consomme, par exemple:

– Je lis pas mal tout en diagonale avec 14% de concentration.

– J’écoute des films en les avançant aux 2 minutes en criant « BORING!!!! » à voix haute.

– Mon ouïe laisse un maximum de 7 secondes à une nouvelle chanson pour qu’elle me plaise sinon je classe expéditivement cet artiste dans la section: « Lui je l’aime vraiment pas. »

 

On est loin du petit Julien qui savourait pleinement son divertissement.

Celui qui, en 1996, avait économisé son argent de poche pour aller s’acheter la cassette du premier Big Shiny Tunes au Music World des Galeries Joliette.

J’avais passé mon après-midi assis en indien dans ma chambre à rembobiner la toune Just a girl de No Doubt. Tout en me délectant d’un verre de jus FRUITÉ aux pêches.

Heureux j’étais.

Intimidé à l’école dû à mes goûts musicaux j’étais aussi.

(Le port de mon t-shirt de la tournée Tragic Kingdom de No Doubt a probablement contribué à cettedite intimidation.)

 

Mais dans le fond ce que je veux vraiment, c’est juste maximiser mon temps.

Pis vu que cette ressource s’épuise à la vitesse grand V, je pense que tout le monde devrait faire un peu de ménage dans sa gestion du temps et couper, ne serait-ce qu’un minimum, dans l’inutile.

C’est quelque chose que j’ai commencé à mettre en pratique il y déjà un petit bout mais ça m’a frappé encore plus récemment.

 

Par inutile je m’explique.

J’étais sur Facebook avec mon cell pis j’ai cliqué sur le vidéo d’un bébé loutre qui tétait un p’tit biberon. Mon réseau rushait, donc j’étais là, écrasé inconfortablement dans mon divan Ikea KIVIK, devant un écran blanc à fixer la fameuse ligne bleue d’un lien Facebook qui se load tenter de traverser mon écran d’Ouest en Est à un rythme crissement insatisfaisant.

J’étais tellement frustré que ça load pas, que j’ai enlevé le Wi-Fi pour me mettre sur le 3G en me disant qu’il n’y avait rien au monde qui allait m’empêcher de voir ce loutron savourer son lait.

Même pas une facture de Telus de 234$.

 

Et j’ai perdu 1 minute et 52 secondes de mon existence à consommer ce divertissement 2.0 qui ne m’a rien apporté.

 

Rien c’est un grand mot, j’ai quand même rigolé un brin.

 

Tout ce qui est réseaux sociaux c’est ben l’fun mais dans mon cas, un ménage s’imposait.

C’était rendu que je suivais Nicki Minaj sur Instagram.

Je vais le réécrire pour être sûr que t’aies bien lu:

JE SUIVAIS NICKI MINAJ SUR INSTAGRAM!

Mais dans quel état émotionnel fragile je devais être quand j’ai cliqué +SUIVRE.

 

L’autre jour mon stalkage Facebook était tellement deep que j’étais rendu à checker les photos de vacances de la soeur d’une fille avec qui j’avais partagé mon casier en secondaire 3. De mémoire c’est elle qui avait fourni les caisses de lait mais anyway.

JE SUIS MÊME PAS AMI FACEBOOK AVEC LA FILLE!

Ma session de stalkage était tellement intense que j’avais complètement perdu la notion du temps. Je n’appartenais même plus à mon corps, je ne faisais que naviguer à travers le quotidien d’inconnus dans un automatisme désarmant. Une espèce de 3ème dimension.

Qu’est-ce que je faisais rendu là? J’aimerais vraiment ça pouvoir te répondre.

J’ai probablement été aspiré, comme plusieurs autres victimes, par la matrice Zuckerberg.

 

Pour ce qui est de Snapchat, je l’ai eu pendant une semaine en 2015.

Quand j’ai reçu d’une de mes amies une photo de ses crêpes aux bleuets avec un gros MIAM écrit à la main comme un enfant de 5 ans en rose magenta dans l’écran, j’ai dé-cro-fucking-ché.

 

Pis Twitter ben, j’ai La Presse+.

 

Ce que je trouve inutile ne l’est peut-être pas pour toi et l’inverse s’applique aussi.

Quand je dis couper, je ne veux pas dire rayer complètement, mais peut-être juste diminuer.

Mettre l’énergie ailleurs, à des endroits plus bénéfiques.

 

Est-ce que je vais arrêter de regarder des vidéos de petits mammifères marins qui s’abreuvent, de checker Justin Bieber faire du karaoké dans un Range Rover ou d’essayer de faire un Face Swap parfait avec ma chatte overweight?

La réponse est non.

Mais est-ce que ça serait bénéfique de slaquer la cadence pour faire des choses plus profitables comme intégrer les légumes vapeur à mon alimentation, laver la housse de ma couette de lit ou juste mettre l’emphase sur la personne en face de moi?

La réponse est oui.

 


Julien95À propos de l’auteur :
Pratiquant le défoulement littéraire depuis déjà plusieurs années, Julien aime bien analyser et comparer sa situation avec le monde extérieur pour réaliser que finalement, c’est si pire. Il en est venu à accepter le fait qu’il ne sera jamais heureux. Depuis sa tendre enfance, le film Les aventuriers du timbre perdu lui sert de guide de vie, les déceptions ne feront donc que continuer à s’abattre sur lui. Avec le temps, il a appris à faire la paix avec les gens qui ont un tatouage tribal.

D'autres beaux textes à lire aussi...