17831320322_346b2c8300_z

J’étais pas amoureuse.

« C’est tout? »

Comment ça « c’est tout »? Si c’est pas tout, c’est rien pantoute.

J’demande pas de fucking destrier blanc lustré pour la céleste croupe de mon kidnappeur de dragon, j’veux juste être in love tabarnack.

Pis de même. En sacrant pis en me prenant pas au sérieux.

C’pas un caprice de princesse y’m’semble, right?

 

C’est quoi? L’ère post-calendrier-maya est rendue trop corporate-cravate? C’pu nice de feeler des affaires?

Laisse les niaisages-mariages en ces temps conquis moyenâgeux pis bienvenue à Robotland.

Dans le futur.

 

Seigneur.

Notre air ne suffoque pas de romantisme quand la référence d’un amour idyllique se trouve dans un temps préconisant les mariages arrangés et les pendaisons publiques.

Apocalypsez-moi quequ’un.

 

À l’ère numérique, c’est devenu trop niais de vouloir être en couple par amour? Y z’auraient préféré quelque chose de moins fleur bleue-bébé-poudre?

 

Ben voilà alors:

Je veux être en couple comme une envie de chier.

Par besoin par nécessité parce que c’est naturel et que j’devrais pas avoir à me poser la question. Parce que ça vient tout seul et que j’ai pas le choix. Parce que ça fait que je me sens mieux.

« C’est tout. »

 

Un jour, peut-être je me contenterai d’être en couple comme je change mes draps. En me disant que ça pourrait toujours être plus frais… mais que je suis trop paresseuse pour faire une brassée (ma laveuse essore mal. Ça gosse).

Pis je vais me décourager rien qu’à l’idée du Mortal Kombat qui m’attend à essayer de faire fitter le drap-fucking-contour fait pour un lit double mais qui a jamais été mis au courant qu’il était fait pour un lit double.

FINISH HER.

Point drap. KO dans ma literie fanée.

 

Pis bref, juste à imaginer les simagrées de wannabe yoga que je devrai contorsionner pour faire fitter le satané nouvel intrus propre et beau (je parle du drap, pensez pas toute croche en même temps), je vais me décourager. Me dire que mon drap actuel est pas si sale que ça finalement. Que la tache de café sent toi. Que je peux bien dormir sur le sofa de temps à autre ou même que j’ai pas besoin de draps.

 

Mais d’ici là, je préfère être seule qu’infidèle. C’est tout.

J’m’en vais faire une brassée. Merci, bonsoir.

 

(Pis oui, c’était indiscret.)

 


Catherine95À propos de l’auteure :
Catherine Thomas. Tite-Jo connaissante notoire. Auteure drôle, paléontologue aguerrie et collectionneuse d’histoires. Elle n’aime pas le Nutella et le bacon alors oui, vous pouvez la mépriser. Mais méprisez-la pas trop parce qu’elle a aussi un match de 94% avec Yoda sur Lovecalculator.

 

Photo : flossyflotsam

D'autres beaux textes à lire aussi...