Fuck les végétariens

Fuck you, les végétariens.

Pas parce que vous gossez, pas parce que quand tu deviens végétarien, c’est la seule chose dont tu peux parler apparemment.

Pas non plus parce que vous êtes l’exact reflet des jambons de droite, à passer vos journées à poster des articles sur les réseaux sociaux sur les méfaits de la viande, l’écume à la bouche, en mettant des titres hargneux: «POURQUOI PERSONNE SE RÉVEILLE!!!!».

 

Vous me faites parfois penser à moi après mon premier cours de science politique au Cégep.

Personne pouvait plus rien me dire sans que je dise: «OUIN MAIS Y’A DU MONDE QUI MEURENT DE LA GUERRE AU BÉNIN, TU T’EN FOUS ÇA HEIN?».

Un statut sur Occupation Double? Le Bénin.

Tu me parlais du Canadien qui a gagné? Le Bénin.

Tu me souhaitais «Bonne fête»? Le Bénin.

Parce que quelqu’un m’avait dit qu’il y avait une guerre au Bénin et moi aussi je voulais montrer que j’étais politisé et engagé.

 

D’ailleurs, j’ai jamais su s’il y avait vraiment eu une guerre au Bénin.

J’ai jamais pris la peine de vérifier.

 

Mais non, si je vous dis fuck you, c’est parce que vous avez raison.

 

Je mange de la viande. J’aime la viande.

Le mot «Steakhouse» me met l’eau à la bouche. Et le semi-croquant dans le pantalon.

Des fois je passe dans le rayon de la boucherie au supermarché juste pour regarder les grosses coupes de viande, parce que ça me fait saliver et ça me donne un goût de fer dans la bouche que je trouve plaisant.

 

Mais j’ai tort.

 

Oh, et je ne me sens pas coupable d’être autant carnivore parce que les animaux font pitié.

Avez-vous déjà vu une vache?

Je veux dire, ailleurs que sur la boîte de bicarbonate de soude?

C’est con une vache. C’est à peine plus allumé que le tas de foin dans lequel ça s’empiffre.

 

Je suis bien pour des conditions d’abattage plus humaines.

Mais on ne me fera pas pleurer avec les yeux terrifiés des vaches.

La terreur, c’est la seule émotion des vaches.

J’ai amené ma jeune cousine flatter une vache une fois dans une exposition agricole. La vache a chié partout de terreur.

Hey la vache, ma cousine pèse genre 40 livres, t’en pèses genre 1000. RELAXE UN PEU.

 

Non, j’ai honte de manger de la viande parce que je le sais que c’est ultra dommageable pour l’environnement.

J’aime bien me donner bonne conscience environnementale en faisant des gros yeux aux gens qui laissent couler l’eau jusqu’à temps qu’elle soit assez froide pour leur palais privilégié, mais tant que je fais ça en mangeant un cheese, je suis fucking contradictoire.

 

Parce que saviez-vous ça que le boeuf représente 20% des émissions de GES mondiales.

Et moi je participe à ça.

Pas parce que je suis obligé, parce que j’aime ça.

C’est facile de dire à l’Alberta d’arrêter de produire du pétrole sale même si ça peut coûter des milliers d’emplois et mettre des dizaines de milliers de personnes au chemin, quand moi je contribue au cinquième de la pollution sur Terre parce que je trouve ça meilleur du macaroni avec du steak haché dedans.

 

Des fois je me dis qu’un matin dans les années 1700, y’a un propriétaire de champs de coton qui s’est levé et qui s’est dit «sais-tu quoi, sûrement que les noirs aussi c’est des vrais humains. C’est sûrement à moi que l’Histoire va donner tort.»

Mais il a continué pareil, parce qu’il était trop lâche pour changer.

 

Ben moi je suis l’épais esclavagiste du 21e siècle.

Et amis végétariens, chacun de vous me le rappelez constamment.

 

Fuck you.

 

(ndlr; l’esclavagisme c’est quand même pas mal pire que de manger de la viande. L’esclavagisme, c’est peut-être la pire chose qui ait existé. Ça se classe pas mal plus haut que le Big Mac dans la liste des pires affaires ever, je veux juste qu’on soit clairs là-dessus.)

 


pierluc01

À propos de l’auteur :
Pier-Luc n’a pas l’air de ce qu’il est vraiment. Il donne l’impression d’un gars jovial et calme. Il est toujours en criss et crissement angoissé. Les gens pensent qu’il est un garçon poli, aussi. Dans ses temps libres, il s’intéresse à la politique, à la lutte professionnelle et à Pokémon. Faut pas chercher à comprendre.

 

D'autres beaux textes à lire aussi...