5946782769_13e560db47_z

De ce que j’ai pu constater au cours des dernières années, se trouver un amant à l’ère 2.0 n’a rien de semblable à ce que nos parents vivaient dans les années 80.

Dans leur temps, rencontrer quelqu’un ne se faisait pas à coups de swipes vers le haut ou d’emojis d’aubergines. Le seul problème qui les occupait vraiment était plutôt l’interdiction de danser et d’écouter de la musique rock en public.

Ou peut-être que ça c’était juste le scénario de Footloose… Je ne sais plus…
En tout cas, c’était facile et fluide.

De nos jours, le tortueux chemin vers la sortie du célibat est différent et peut s’avérer rempli d’obstacles insurmontables tels « Parler à une personne » et « Devoir sourire à quelqu’un ».

Je trouve que mon entourage a désappris à interagir avec l’autre et les normes en matière de séduction ont changé.

Heureusement, étant moi-même un exemple remarquable de succès relationnel, je suis là pour te montrer comment la game se joue en 2015.

Ci-joints quelques trucs de pro qui te permettront de te trouver un partenaire pour la sweater weather avant même d’avoir le temps de dire « quidditch » :

 

  1. Ignore le fruit de ta passion

Rien ne constitue une meilleure base à une relation en 2015 que faire sentir à ton crush que tu veux rien savoir de lui.

Est-ce que tu rentres chez vous tous les soirs en imaginant votre lune de miel à Bali?
Oui.

Est-ce que t’as déjà choisi une chanson pour votre couple?
Oui, « Sous une pluie d’étoiles » de Cindy Daniel.
Bon choix.

 

Est-ce que tu dois alors être conséquent avec tes rêves les plus fous et lui accorder en personne la même attention que tu lui donnes dans tes plans de retraite?

Jamais. T’as rien compris.

La game est pleine de nuances aujourd’hui et il est normal que quand ton crush entre dans la pièce, tu lui dises pas « Hey salut Mathieu » avant d’avoir VRAIMENT pas le choix, par exemple quand il va te surprendre à le fixer de manière obsessive ou à essayer de lui couper une mèche de cheveux pendant qu’il regarde ailleurs.

À moins d’une telle urgence, le mot d’ordre reste « air bête ». Regarde-le pas dans les yeux, reste sur ton téléphone, réponds-lui pas s’il te parle : il va en redemander.

 

  1. Tant qu’à y être, insulte-le

Ça, c’est le next level. Montre-lui à quel point t’es sarcastique en lui disant des affaires comme « Hey Mathieu, haha, y’est donc ben laid ton t-shirt Volcom! ».

Il va comprendre tout de suite que tu trouves juste que son t-shirt Volcom est laid parce que t’es pas dedans avec lui en ce moment.

Il va aussi clairement comprendre que t’es full second degré et que tes intentions véritables sont de toute évidence le contraire du contraire de l’opposé du commentaire passif agressif que tu viens de lui passer.

Pourrais-tu être plus clair?

Je crois pas.

 

  1. Friendzone-toi

Quand un de tes amis va essayer d’aider ta triste situation en te disant « Ben voyons, t’es ben tarte » et en essayant de créer des rapprochements entre toi et ton crush, n’accepte pas son aide.

S’il te tend une perche en vous disant par exemple « Aw, me semble que vous seriez beaux ensemble », NE PRENDS PAS LA PERCHE. JETTE LA PERCHE. CRACHE SUR LA PERCHE.

À la place, je te conseille de rire grassement, de lui donner une bine sur l’épaule et de spécifier agressivement à qui veut bien t’entendre que « vous êtes tellement des brothers from another mother ».

Oui, ça se peut que tu vomisses dans ta bouche en le disant, mais c’est comme ça qu’on montre à quelqu’un qu’on trippe sur lui en 2015.

 

  1. Évite toute forme d’intimité

Faire comprendre à ton crush que tu aimerais dormir dans le même lit que lui est un sujet sensible à aborder.

Mon conseil dans une telle situation : ne l’aborde pas. Ce serait te montrer intéressé et, si tu as l’air intéressé, tu deviens vulnérable. Ne sois JAMAIS vulnérable.

 

Si tu veux vraiment avoir un moment intime avec ton crush, pas de problème! Fallait le dire!

T’as juste à organiser un party, inviter 60 personnes chez vous et ensuite l’inviter à la dérobée un peu après les autres pour pas qu’il sente que tu lui accordes un traitement de faveur ou que tu te soucies de son existence en général.

Si tout va bien, il va se présenter dans son t-shirt Volcom et tu vas pouvoir le regarder de loin toute la soirée pour te demander le lendemain « Ben voyons, pourquoi il est pas venu me voir? Me semble que c’était évident que c’était une date, non? »

C’était évident.

 

  1. Fais-lui peur sur Internet

Ma spécialité. Le meilleur bout.

Aie pas peur quand tu arrives sur Internet de pallier à ton absence complète d’intérêt visible pour lui en personne en le harcelant au point où il va se magasiner une injonction contre toi.

Si, par exemple, tu lui fais à peine signe de main quand tu le croises dans un corridor à l’école, Facebook n’a pas à être un lieu d’inhibition pour toi.

S’il publie une photo, s’il rédige un statut, s’il partage un lien dont tu te calisserais en temps normal, c’est ton devoir de le liker, de le commenter et/ou de le partager le plus rapidement possible.

Il doit sentir qu’il a ton support virtuel à tout moment et que tu n’as absolument aucune vie sociale t’empêchant de lui faire peur sur Internet.

Si ça fonctionne pas, inbox-le donc!

Parle-lui de choses que vous avez en commun : des choses comme une vessie, des cheveux ou la faculté de produire du dioxyde de carbone.

Poke-le, aime ses photos vieilles de 43 semaines, parle-lui du voyage de sa soeur à Puerto Plata en 2009.

Montre-lui que tu t’es documenté et tu trouveras le chemin vers son coeur.

 

Toujours célibataire? Didn’t think so. Enjoy Bali!

 


jfbarrette1À propos de l’auteur :
Jean est l’abeille la plus sassy de la Beyhive. Entre deux articles du Code civil, il aime bien se relaxer avec un vieux Archie fripé et du Crush au raisin. Ses rêves les plus tangibles sont d’ouvrir un Bed&Breakfast pour chiens ou d’être sélectionné dans l’équipe d’Isabelle à La Voix. En attendant d’y arriver, tu peux le trouver chez lui. Il est en train de développer une plaie de lit en apprenant toutes les répliques de Mean Girls par coeur. So Fetch.

Crédit photo: Alice Henneman

D'autres beaux textes à lire aussi...