jingle

Peu de gens le savent, mais je suis un grand amateur de jingles publicitaires.

Je vous jure! Ça me fascine, à la limite de l’obsession.

En 2015, avec l’avènement des Internets et de toutes ces belles technologies, on pourrait croire qu’à peu près tout le monde voudraient suivre le courant des publicités en huit dimensions sur La Presse+ et des placements de produits subtils dans les films et à la télévision, MAIS NON!

Il y en a encore pour qui le nec plus ultra pour rejoindre leur clientèle cible, c’est qu’on chante pendant 30 secondes le nom de leur restaurant ou garage par dessus une horrible trame musicale digne de Flashdance et qu’on diffuse le tout aux heures sur les ondes d’une station de radio communautaire.

EN TOUT CAS, reste que ça fait mon immense bonheur que le genre subsiste encore aujourd’hui et qu’il continue de gâcher nos vies et nos relations avec autrui (quiconque a déjà chanté en boucle le jingle du Barbie’s Resto Bar Grill va me comprendre ici).

Bref.

 

Tout ça pour dire que j’ai eu un gros cadeau cette semaine de la part du candidat conservateur Maxime Bernier.

Ne se limitant pas aux pancartes électorales et aux poignées de main moites, le Beauceron notoire s’est graillé d’un INCROYABLE jingle publicitaire pour évidemment favoriser ses chances de réélection.

Peut-être l’avez-vous déjà entendu, peut-être pas, mais dans tous les cas, vous méritez de vous payer une petite écoute sur le champ :

 

 

Un seul mot de trois lettres possible ici : W-O-W!

J’imagine que vous comprenez désormais mon excitation débordante.

Je veux dire…

Là-dedans il y a tout ce que tu veux d’un jingle publicitaire : de la fausse trompette, de la fausse guitare, des claviers sulfureux, des interludes de drum électronique à se pitcher dans les murs et des chœurs incessants d’hommes et de femmes qui chantent du non-sens. 

Il y a des passages entraînants, d’autres plus sentimentaux et tellement de phrases over-chantées que t’as l’impression d’écouter le dernier de Boom Desjardins. Délectable.

 

Et puis, le pire dans tout ça, c’est que c’est terriblement efficace. Je l’ai entendu pour la première fois hier après-midi et depuis, je le chante partout. Dans mon auto, sous la douche, en lavant la vaisselle, en faisant mon épicerie.

Faites comme nous et votez Bernier, c’est clairement le nouveau Hey Jude publicitaire.

 

Cependant, il ne faudrait pas oublier les autres classiques qui, eux aussi, méritent d’être écoutés en linge mou dans le confort de votre demeure, tout en mangeant des Cheetos et en buvant du Crush aux fraises.

En voici donc quelques-uns, puisés dans dans ma collection de coups de cœur :

 

Barbie’s Resto Bar Grill (S’il faut remercier V Télé pour quelque chose, c’est bien pour ça.)

 

 

Le Clan Panneton (Surveillez le solo de téléphone.)

 

 

Déménagement La Capitale (On sent toute l’inspiration du Clan ici.)

 

 

Meow Mix (Pour les amateurs de chats et de chansons d’amour.)

 

 

O’Keefe (Ben voyons donc!)

 

 

La Parisienne (Michel Forget for the win.)

 

 

La chanson thème des Nordiques (À moitié un jingle publicitaire, mais tant de qualité, on ne garde pas ça pour soi.)

 

 

Tous incroyables, non?

Avec ça, vous viendrez pas me dire que vous n’avez rien à mettre sur votre iPod cet hiver.

 

Un jingle, c’est pas juste de la publicité.

C’est une oeuvre d’art.

 


raph0001À propos de l’auteur :
Journaliste dans la belle région de Québec, mais pas pour TVA, Raphaël est donc un illustre inconnu du grand public. Après de dures journées à appâter la nouvelle, il aime bien manger des aliments à base de gras et de sucre, écrire des chansons à propos de ses ex et prendre des photos de bâtisses. Sa couleur préférée est le vert, mais il trouve ça laid sur des murs. Son appartement est donc blanc. C’est plus épuré, tsé.

D'autres beaux textes à lire aussi...